Paul collaborateur avec Dieu à Corinthe

On retrouve le terme collaborateur dans la lecture de la Bible et dans son enseignement. Il est illustré par le travail de Paul, collaborateur avec Dieu et avec les autres, dans l’implantation de l’Eglise à Corinthe

1 Corinthiens 3.1 à 17

En réalité, frères, je n’ai pas pu vous parler comme à des gens qui ont l’Esprit de Dieu : j’ai dû vous parler comme à des gens de ce monde, comme à des enfants dans la foi chrétienne. C’est du lait que je vous ai donné, non de la nourriture solide, car vous ne l’auriez pas supportée Et même à présent vous ne le pourriez pas, parce que vous vivez encore comme des gens de ce monde. Du moment qu’il y a de la jalousie et des rivalités entre vous, ne montrez-vous pas que vous êtes des gens de ce monde et que vous vous conduisez d’une façon toute humaine ? Quand l’un de vous déclare : « J’appartiens à Paul » et un autre : « J’appartiens à Apollos», n’agissez-vous pas comme n’importe quel être humain ?

Au fond, qui est Apollos ? et qui est Paul ? Nous sommes simplement des serviteurs de Dieu, par lesquels vous avez été amenés à croire. Chacun de nous accomplit le devoir que le Seigneur lui a confié :j’ai mis la plante en terre, Apollos l’a arrosée, mais c’est Dieu qui l’a fait croître. Ainsi, celui qui plante et celui qui arrose sont sans importance : seul Dieu compte, lui qui fait croître la plante. Celui qui plante et celui qui arrose sont égaux ; Dieu accordera à chacun sa récompense selon son propre travail.Car nous sommes des collaborateurs de Dieu et vous êtes le champ de Dieu.

Vous êtes aussi l’édifice de Dieu. Selon le don que Dieu m’a accordé, j’ai travaillé comme un bon entrepreneur et posé les fondations. Maintenant, un autre bâtit dessus. Mais il faut que chacun prenne garde à la manière dont il bâtit. Car les fondations sont déjà en place dans la personne de Jésus-Christ, et nul ne peut en poser d’autres. Certains utiliseront de l’or, de l’argent ou des pierres précieuses pour bâtir sur ces fondations ; d’autres utiliseront du bois, du foin ou de la paille. Mais la qualité de l’ouvrage de chacun sera clairement révélée au jour du Jugement. En effet, ce jour se manifestera par le feu, et le feu éprouvera l’ouvrage de chacun pour montrer ce qu’il vaut. Si quelqu’un a édifié un ouvrage qui résiste au feu, il recevra une récompense. Par contre, si l’ouvrage est brûlé, son auteur perdra la récompense ; cependant lui-même sera sauvé, mais comme s’il avait passé à travers les flammes d’un incendie.
Vous savez sûrement que vous êtes le temple de Dieu et que l’Esprit de Dieu habite en vous. Eh bien, si quelqu’un détruit le temple de Dieu, Dieu détruira le coupable. Car le temple de Dieu est saint, et c’est vous qui êtes son temple.

Lors de son 3e voyage missionnaire, Paul passa 18 mois dans la ville de Corinthe. Il y  fonda l’Eglise.

Une ville prospère mais immorale

La ville connaissait une grande prospérité grâce à ses deux ports. Commerce florissant, vie culturelle intense, mouvements philosophiques actifs, le tout accompagné d’une grande immoralité.

Une Eglise en tension

l’Eglise était donc soumise à toutes sortes d’influences. Elle avait des difficultés à se conformer à l’enseignement du Christ.
Pour corriger certaines dérives et répondre à des questions que se posaient les Corinthiens, Paul écrit cette lettre et la suivante à l’Eglise de Corinthe.

Face à une situation de crise, un débat loyal et clair

Face à cette situation de crise, de fracture, l’argumentaire de Paul est éloquent.Parcourons le pas à pas

Frères, je vous en supplie au nom de notre Seigneur Jésus-Christ : mettez-vous d’accord, qu’il n’y ait pas de divisions parmi vous ; soyez parfaitement unis, en ayant la même façon de penser, les mêmes convictions. 1 Corinthiens 1.10

1. Se mettre d’accord

Cela signifie un débat loyal et clair : les personnes se parlent et échangent sur leurs points de vue respectifs

 Être unis : l’objectif à atteindre

« Cherchez ce qui vous rapproche, essayez de voir les choses du même point de vue et adoptez une attitude commune » , selon une paraphrase du verset (Kuen)

Mettre les choses sur la table, présenter clairement toutes les données de la situation, pour parvenir à l’unité.

2. Examiner les mobiles

Paul invite les Corinthiens à examiner les mobiles, les véritables motifs à l’origine de leurs désaccords

Pour l’apôtre, le constat est clair. Il n’y a rien de spirituellement fondé dans leurs  partis pris

Les vraies raisons du désaccord

Jalousie, rivalités, voilà les vraies raisons de leur désaccord.

C’est une manière humaine, charnelle, de réagir, tout simplement.

Un examen de soi est absolument nécessaire

3.  L’oeuvre de Dieu parmi les hommes

Paul évoque alors une question de fond pour expliquer la manière dont Dieu s’y prend pour oeuvrer parmi les hommes

par ceux (celles) qui servent

Apollos, Pierre et Paul, des serviteurs utilisés par Dieu pour accomplir son oeuvre

par le service accompli

Il y a des tâches particulières et des missions différentes selon les capacités et les dons confiés à l’un ou à l’autre

Synergie et convergence et non concurrence et opposition dans un même travail

Il n’existe pas de hiérarchie de valeur selon des secteurs d’activité. L’un n’est pas plus considéré que l’autre en fonction de la tâche accomplie.

Le dénominateur commun

Chacun rendra compte devant Dieu pour lui-même

Collaborateur dans le service de Dieu

Ce mot utilisé par Paul décrit notre position dans le service pour Dieu

Définition du dictionnaire Larousse : « travailler ensemble à une oeuvre commune »

Pourquoi Dieu souhaite-t-il nous associer à son travail ?

Lui, le créateur des cieux et de la terre pourrait se passer des être humains que nous sommes.
Mais Dieu aime la relation.Il a créé l’être humain à sa ressemblance,  comme un vis à vis avec qui il peut dialoguer et agir.

Un Dieu de relation

Dieu est  amour.Il a soif d’être en relation avec tout être humain. Être collaborateur de Dieu signifie connaître sa pensée et vivre dans son intimité afin de discerner sa voix.

Quand sommes-nous collaborateurs avec Dieu ?

En effet, c’est Dieu qui nous a formés ; il nous a créés, dans notre union avec Jésus-Christ, pour que nous menions une vie riche en actions bonnes, celles qu’il a préparées d’avance afin que nous les pratiquionsEphésiens 2.10

Chaque fois que nous agissons dans ce cadre, nous sommes des collaborateurs de Dieu.
Il a l’initiative et c’est lui qui est le premier en toutes choses.
Chaque fois que nous assumons une autorité déléguée de sa part, nous sommes collaborateurs avec Dieu. Par exemple en étant un bon père de famille, ou une bonne épouse, « sel et lumière », en préservant la création.

3 illustrations décrivant la collaboration avec Dieu 

Paul nous invite ensuite à considérer 3 illustrations qui décrivent le lieu et la manière dont s’exerce cette collaboration.

1 L’Eglise, le champ ou le jardin que Dieu cultive

Pour certains, l’image du potager des fruits de la terre est familière, donc parlante.
Tous les bons soins dispensés aux légumes sont nécessaires. Mais l’excès ou le manque de pluie ou de soleil peuvent anéantir nos efforts.
Nous sommes ouvriers avec le Christ. Donc nous recevons notre part à faire. Elle est bien réelle et engage notre responsabilité.

La Parole de Dieu

Paul le précise utilement : « Ainsi, celui qui plante et celui qui arrose sont sans importance : seul Dieu compte, lui qui fait croître la plante. Celui qui plante et celui qui arrose sont égaux ; Dieu accordera à chacun sa récompense selon son propre travail.Car nous sommes des collaborateurs de Dieu et vous êtes le champ de Dieu.  (v.7)
Soyons attentifs à ne pas déborder du cadre délimité par Dieu.
Un peu d’humilité et de sagesse nous préserveront du découragement, de la lassitude, ou de l’orgueil.

2 L’Eglise, la maison de Dieu

Voici une autre comparaison suggérée par Paul.

Toute construction sérieuse commence par de bonnes fondations. Si cette condition n’est pas remplie, il est fort à parier que le reste de l’ouvrage sera tôt ou tard mis en péril. La fondation est en général invisible et pourtant elle remplit sa fonction tout au long de la durée de vie d’un édifice

Jésus-Christ, seule fondation efficace de la foi/vie chrétienne,

Paul le précise :

Car j’avais décidé de ne rien savoir d’autre, durant mon séjour parmi vous, que Jésus-Christ et, plus précisément, Jésus-Christ crucifié. 1 Corinthiens 2.2

et il ajoute au v. 5 : Ainsi, votre foi ne repose pas sur la sagesse des hommes, mais bien sur la puissance de Dieu.

La croix, fondation pour des relations réconciliées

L’oeuvre de la croix est le seul fondement pour vivre des relations réconciliées. c’est différent des affinités et des traditions
Il reste actif et incontournable, quelques soient nos projets d’Eglise.

Le choix des matériaux

Après les fondations, il y a les matériaux employés pour la superstructure :
soit des matériaux nobles, rares et coûteux, soit des matériaux bon marché et peu résistants.

Sans le premier cas, il faut plus de temps, d’efforts et d’applications pour les mettre en oeuvre et les utiliser.
Pour le Seigneur, le temps ou le durée n’et pas un problème, pour nous par contre, si !

Si nous désirons être collaborateur avec Dieu, ne cherchons pas les raccourcis, les gains de temps et l’instantané. L’important c’et de finir la course et de remporter le prix
Plutôt engagé dans un marathon que dans un 100 m.

3 L’Eglise, temple de Dieu

Dans le nouvelle alliance, l’Eglise est le temple de Dieu, parce qu’elle est la demeure du Saint-Esprit

Rappelons-nous les versets familiers :

L’Eternel siège au milieu des louanges de son peuple

Là où deux ou trois sont réunis en mon nom, je suis au milieu d’eux, dit Jésus.

Travailler pour Dieu mais aussi les uns avec les autres

la critique négative, l’esprit de jugement peuvent nous dresser les uns contre les autres. Nous cessons alors d’être des collaborateurs  selon le coeur de Dieu.

Paul  nous exhorte à veiller sur notre conduite, car chacun rendra compte sur lui-même , au jour du jugement.

Reposons-nous sur la puissance de Dieu et laissons le Saint-esprit agir parmi nous.

L’action du Saint-Esprit nous aide à marcher dans l’unité.

En conclusion

Quel privilège d’être ouvrier, collaborateur avec Dieu. c’est toujours un choix, dans le respect de notre liberté mais où notre responsabilité est engagée

Travailler pour Dieu, travailler les uns avec les autres, cherchant à discerner les oeuvres préparées d’avance pour que nous les pratiquions

La croix de Jésus constitue le fondement de notre foi. Elle est puissance de Dieu pour nos vie et pour l’Eglise. Bâtir sur ce fondement répond à certaines conditions si nous désirons que cet ouvrage résiste au feu.

W.K.