Psaume 1 – Comme un arbre planté auprès d’un courant d’eau
arbres au bord du lac de Tibériade

 

Introduction

Lire le Psaume 1 avec Bible server

Comment ne pas introduire ce message par la lecture d’une partie du psaume 139 :

Éternel! Tu me sondes et tu me connais, Tu sais quand je m’assieds et quand je me lève, Tu pénètres de loin ma pensée; Tu sais quand je marche et quand je me couche, Et tu pénètres toutes mes voies. Car la parole n’est pas sur ma langue, Que déjà, ô Éternel! Tu la connais entièrement. Tu m’entoures par derrière et par devant, Et tu mets ta main sur moi. Une science aussi merveilleuse est au-dessus de ma portée, Elle est trop élevée pour que je puisse la saisir. …Sonde-moi, ô Dieu, et connais mon cœur! Éprouve-moi, et connais mes pensées! Regarde si je suis sur une mauvaise voie, Et conduis-moi sur la voie de l’éternité!

On encore rappeler les paroles de Jésus, d’abord aux disciples d’Emmaüs, dans Luc 24 25 à 27

Alors Jésus leur dit : O hommes sans intelligence, et dont le cœur est lent à croire tout ce qu’ont dit les prophètes ! Ne fallait-il pas que le Christ souffrît ces choses, et qu’il entrât dans sa gloire ? Et, commençant par Moïse et par tous les prophètes, il leur expliqua dans toutes les Écritures ce qui le concernait.

Puis aux onze, dans Luc 24 44

Puis il leur dit : C’est là ce que je vous disais lorsque j’étais encore avec vous, qu’il fallait que s’accomplît tout ce qui est écrit de moi dans la loi de Moïse, dans les prophètes, et dans les psaumes. 

Les lettres de Paul

vous entretenant par des psaumes et des hymnes et des cantiques spirituels, chantant et psalmodiant de votre cœur au Seigneur » et aussi (Col.316) «Que la parole du Christ habite en vous richement, en toute sagesse vous enseignant et vous exhortant l’un l’autre, par des psaumes, des hymnes, des cantiques spirituels, chantant de vos cœurs à Dieu dans un esprit de grâce. Ephésiens 5. 19

1. Bienheureux l’homme qui ne marche pas dans le conseil des méchants et ne se tient pas dans le chemin des pécheurs, et ne s’assied pas au siège des moqueurs,

Heureux ou Bienheureux 129 fois dans la Bible – Une béatitude

On pourrait lire Matthieu 5 ou encore les 7 béatitudes dans l’Apocalypse

Observe ses lois et ses commandements que je te prescris aujourd’hui, afin que tu sois heureux, toi et tes enfants après toi, et que tu prolonges désormais tes jours dans le pays que l’Éternel, ton Dieu, te donne. Deutéronome 4.40)

Honore ton père et ta mère, comme l’Éternel, ton Dieu, te l’a ordonné, afin que tes jours se prolongent et que tu sois heureux dans le pays que l’Éternel, ton Dieu, te donne  Deutéronome 5.16)

Heureux tout homme qui craint l’Éternel, Qui marche dans ses voies ! Tu jouis alors du travail de tes mains, Tu es heureux, tu prospères.  (Psaume 128. 1-2)

Heureux : aller dans la bonne direction

D’après un commentaire, la racine hébraïque du mot traduit heureux est ashar et signifie : aller droit, avancer, faire des progrès, être en bonne direction. Le mot exprime le bonheur de celui qui marche sur la bonne voie. En réalité on n’est pas encore arrivé, mais on est sur la bonne voie. S’il fallait paraphraser le mot hébreu utilisé ici, on pourrait dire à celui qui cherche : « Tu es heureux, continue ! c’est tout droit ! Tu es sur la bonne voie !

D’ailleurs André Chouraqui traduit ce verset 1  : En marche, l’homme qui ne va pas au conseil des criminels, ne s’arrête pas sur la route des fauteurs, n’habite pas l’habitat des railleurs 

Et ce verset qui résonne en moi  : Dieu a pour toi, pour moi, pour nous des projets de bonheur non de malheur …

Qui ne marche pas qui ne s’arrête pas sur la voie des pêcheurs, qui ne s’assied pas en compagnie des railleurs, des moqueurs

Une décision : j’ai pris la décision de …

La bonne nouvelle est annoncée et tout homme déploie sa force pour y entrer » Luc 16.16 TOB

« fait des efforts pour y entrer »

« pénètre de force » (traduction littérale du grec) « s’efforce d’entrer » (Parole vivante) « et chacun use de violence pour y entrer » (Semeur) « chacun le force » (Maredsous ) « chacun cherche avec force à y entrer. » (Segond 21) « et chacun use de violence pour y entrer » (Darby).

 Trois verbes : on est dans l’action, il est question de chemin, de voie, de sentier.

– Ils mettent en évidence le caractère résolu du choix du croyant : il a décidé d’être en désaccord avec les principes qui régissent la vie des méchants.
– En marche, à l’époque de marche à pied.
– qui ne suit pas – qui ne vit point selon le conseil des méchants – qui ne va pas se tenir comme eux

Le titre du psaume :

Deux possibilités de vie

ou encore : Deux hommes, deux voies, deux destinées. Ailleurs : le vrai bonheur.

Deux catégories de personnes :

des justes et des pas justes [comme l’histoire des vierges : des sages et des folles].

Le premier psaume met en place la règle : est-ce que tu es un ami de l’Eternel ou un ennemi ? Il n’y a pas un choix neutre, moi je me mouille pas, moi ça ne me concerne pas. Que ton oui soit oui et que ton non soit non.

En règle générale on a souvent tendance à se mettre dans la position de propre juste (moi). On se place plus facilement dans le camp des gagnants (on a gagné / ils ont perdu : c’est plus facile). Ici : 2 attitudes, des personnes qui sont en marche.

Mais toi, tu es heureux, continue à marcher sur le bon chemin … mais attention rappelle toi c’est le chemin étroit pas le chemin large !

2. Mais qui trouve son plaisir dans la loi de l’Éternel, et qui la médite jour et nuit

Toute sa joie, tout son plaisir dans la parole de Dieu, dans ses commandements, dans sa loi.

Je pense à la parabole du trésor caché (Matt 1344) « Le royaume des cieux est encore semblable à un trésor caché dans un champ. L’homme qui l’a trouvé le cache ; et, dans sa joie, il va vendre tout ce qu’il a, et achète ce champ ».

Ce début de verset est également traduit par : – qui trouve son plaisir – qui prend plaisir – a son désir dans la torah.

 Fais de l’Eternel tes délices et Il te donnera tout ce que ton cœur désire  Psaume 37.4

Psaume 119

16 Je fais mes délices de tes statuts, Je n’oublie point ta parole

24 Tes préceptes font mes délices

47 Je fais mes délices de tes commandements. Je les aime

70 Leur cœur est insensible comme la graisse ; Moi, je fais mes délices de ta loi

77  Que tes compassions viennent sur moi, pour que je vive ! Car ta loi fait mes délices 

143  La détresse et l’angoisse m’atteignent. Tes commandements font mes délices

174  Je soupire après ton salut, ô Éternel ! Et ta loi fait mes délices

Et qui… la médite jour et nuit (Josué 16à9)

On retrouve le lien avec la fin du verset suivant :

Que ce livre de la loi ne s’éloigne pas de ta bouche ; médite le jour et nuit, pour agir fidèlement selon tout ce qui est écris c’est alors que tu auras du succès dans tes entreprises, c’est alors que tu réussiras … (dans tout ce que tu entreprendras ou partout où tu iras.

Méditer signifie littéralement : murmurer, répéter à mi-voix.

[murmure sa torah jour et nuit] écrit André Chouraqui. Dans une autre traduction on peut lire : jour et nuit marmonne dans sa loi.

Facile pour les psaumes / comme un chant qu’on fredonne, qu’on apprend par cœur.

Que ce livre de la Torah ne s’éloigne pas de ta bouche. Tu le rumineras jour et nuit, afin de toujours agir selon ce qui y est écrit. Josué 18

o La parole de Dieu, qui vient à propos inspirée par l’Esprit Saint (témoignage Ps433)

3. Il prospère comme un arbre planté près d’un courant d’eau. Il donne toujours son fruit lorsqu’en revient la saison. Son feuillage est toujours vert ; tout ce qu’il fait réussit.

Voir Jérémie 17.8

Prospérer

1 Corinthiens 15 : Vous avez été en Lui comblé de toutes les richesses 

– toutes celles de la parole
– toutes celles de la connaissance

Le témoignage de Christ s’est affermi en vous, si bien qu’il ne vous manque aucun don (charismati), à vous qui attendez la révélation de notre Seigneur.

Les richesses

Psaume 119 14  je me réjouis en suivant tes préceptes, comme si je possédais tous les trésors, je médite tes ordonnances

119.162  je me réjouis de ta parole comme celui qui trouve un grand butin

L’eau

La parole de Dieu est aussi souvent désignée comme l’eau, qui rafraichit, qui désaltère, qui lave.

On notera aussi la forme appuyée des possessifs, « son » fruit, à « son » heure, « son » feuillage, comme pour souligner le caractère unique de chaque homme.

L’arbre

Comme un arbre, pas un arbre mort, un arbre qui donne du fruit, avec un feuillage toujours vert : puisqu’il est arrosé.

Vous avez déjà réfléchi la quantité de semences et de fruits produits par un seul arbre adulte. Et si on rapprochait cette image de l’église qui a pour mission d’annoncer la Bonne Nouvelle.

l’arbre de la foi

On pourrait aussi parler de l’arbre de la foi, une graine de moutarde qui devient un immense arbre, dans lequel viennent tous les oiseaux. Je pense au cèdre, le cèdre du Liban [jusqu’à 40 m de haut. Les plus gros des troncs atteignent 4,5 m de diamètre, ce qui correspond à un âge de 2 500 ans].

Son feuillage

Selon un commentaire : Son feuillage : en hébreu  ’aléhou : de la racine ’alah, « monter », le feuillage est ce qu’il y a de plus élevé dans l’arbre, à la pointe de la vie.

Le même mot évoque aussi l’esprit, ce qu’il y a de plus élevé dans l’homme, à la pointe de la vie. C’est précisément dans ce sens que le texte place ce mot au centre de la proposition principale : la vitalité spirituelle de l’homme qui rumine la Torah garantit sa fécondité, comme le feuillage vivace d’un arbre planté au bord des eaux garantit le fruit qu’il portera, le moment venu. (Cité d’après Hébrascriptur)]

Tout ce qu’il fait réussit est traduit par André Chouraqui :  tout ce qu’il fait triomphe.

J’aime beaucoup la salutation de l’apôtre Jean à Gaius, l’ancien « Bien-aimé, … : je souhaite que tu prospères à tous égards et sois en bonne santé, comme prospère l’état de ton âme. »

4. Les méchants, au contraire, ressemblent à la paille que le vent disperse

… Comme la balle que le vent chasse au loin

Des images de la vie courante.

L’aire de battage, après la récolte du blé.
Dans le temps on se servait aussi du fléau pour séparer le grain de l’épi et de la paille. Il fait chaud on est en plein été, en soulevant les épis avec une fourche le vent d’été disperse la balle ou la paille, sur l’aire de battage reste l’épi.

La parabole du semeur

On peut penser à la parabole du semeur. Jésus utilise aussi des images de la vie courantes.

La paille brûlée, dissipée par le vent

La paille est aussi brulée, ou éparpillée, dissipée par le vent. On pense à une vie inutile, centrée sur soi-même.
Tu passes ton temps à t’occuper de tes petits intérêts. A gagner beaucoup de sous, à construire une ou plusieurs maisons. A la fin, tout est dispersé, éparpillé, dispersé au vent.

Porter du fruit.

Au contraire, le juste, lui, porte du fruit.

Dans cette image il peut être ce grain de blé qui reste sur l’aire de battage. Et s’il meurt, le grain de blé,  il porte de nouveau du fruit.

On pourrait ici aussi parler des fruits de l’esprit …

Les psaumes sont des chants,  des cantiques. Des cantiques pour mémoriser, pour proclamer la parole, pour proclamer ce que nous sommes devenus en Christ. Mais aussi des chants pour louer, pour adorer.

5. C’est pourquoi les méchants ne résistent pas au jour du jugement, ni les pécheurs dans l’assemblée des justes

Annonce du jugement dernier

L’évocation du jugement dernier est clairement confirmée à la fin du verset, puisque c’est en même temps le rassemblement des justes.

La croix, la victoire accomplie

C’est ici à cet endroit que je veux parler de la Croix. La référence du jugement dernier, c’est le « toutes choses ont été accomplies », c’est la victoire de Jésus.

Après la création, le moment le plus important de tout l’univers c’est la Croix. A ce moment précis, Jésus a payé le prix fort pour nous racheter.

Et vous où en êtes-vous  ?

Croyez-vous qu’il vous a sauvé à la Croix pour vivre ensuite une petite vie religieuse tranquille confortable et sans effort ?  Moi je fais ce qui me plaît, je n’ai pas besoin d’obéir !

Pas de juste, pas un seul

De nouveau deux catégories de personnes les méchants et les justes.

Mais la parole nous dit qu’il n’y a pas de juste pas un seul : texte qu’on retrouve d’ailleurs dans les Psaumes et mais aussi dans l’épitre aux Romains.

Mais je suis justifié, rendu juste, grâce au sacrifice de Jésus à la Croix.

Ils ne résistent pas

parce que tout genou fléchira et toute langue confessera que Jésus est Seigneur.

Et la conséquence de la Croix c’est la sentence qui tombe : c’est le Messie crucifié qui justifie celui qui se repent,

Mais  les injustes n’hériteront pas du Royaume  1 Corinthiens  6.9

Ce verset est traduit dans la bible Semeur  : Les méchants ne subsisteront point dans le jugement et nul pécheur ne tiendra au rassemblement des justes

J’aime également la traduction de la bible du Rabbinat  : Aussi les méchants n’ont-ils pas le dessus dans le jugement, ni les pêcheurs dans l’assemblée des justes 

Assemblée des justes, communauté des croyants

Assemblée ou communauté des justes, ailleurs on parle de la communion des croyants

A ceux qui ont été rachetés l’apôtre Paul écrira : «  Vous ne vous appartenez pas, quelqu’un a payé le prix de votre rachat, glorifiez donc Dieu par votre corps. (1 Corinthiens 6.

6. Car l’Éternel veille sur la voie des justes : mais le sentier des méchants les mène à la ruine

Notre Père Eternel veille

Zadok Kan traduit : l’Eternel protège …

Il ne sommeille, ni ne dort,  Celui qui veille sur Israël 
Il veille sur ses enfants « Comme la prunelle de ses yeux »

Comme Jésus, le bon berger

Notre Père Eternel prend soin :à l’exemple de Jésus qui est le bon berger. Il pourvoit à nos besoins selon ses richesses.

Traduit aussi par l’Éternel connaît la voie des justes , pénètre la route des justes  (Chouraqui) . C’est-à-dire qu’il observe et approuve leur caractère et leur conduite.
2 Timothée 2.19.

La destinée diamétralement opposée des méchants

Et à l’opposé on peut même dire une destinée diamétralement opposée celle des méchants. Dans une traduction de la fin de ce verset « Et la voie des pêcheurs mène à la perdition », la note précise que le verbe signifie perdre et périr.

[c’est en raison de la présence bienveillante de l’Eternel sur le chemin des justes, que le chemin des impies n’aboutit à rien.

Condamnation des mauvaises actions, pas des personnes

Au verset 6 comme au verset 1, ce sont les actions impies qui sont condamnées et non ceux qui les commettent

L’Eternel ne veut pas la mort de l’impie, mais qu’il se convertisse Ézéchiel 18.23

Ce que je désire, est-ce que le méchant meure ? dit le Seigneur, l’Éternel. N’est-ce pas qu’il change de conduite et qu’il vive ? Ezéchiel 33.11

C’est pour cette raison qu’Il a envoyé Jésus

Car Dieu a tant aimé le monde qu’il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne périsse point, mais qu’il ait la vie éternelle. Jean 3.16

Car le salaire du péché, c’est la mort ; mais le don gratuit de Dieu, c’est la vie éternelle en Jésus Christ notre Seigneur.  Romains 6.23

Conclusion

Alors la question à me poser aujourd’hui :

Est-ce que je suis heureux, est-ce que je suis sur la bonne voie ?

Si vous avez donné votre cœur à Jésus, si vous lui appartenez,  qu’est-ce qui peut vous arriver.

Oui,  vous pouvez adorer, louer votre Créateur, mettre Dieu dans une position invincible de souveraineté.

Alors adorons notre Père Eternel, imprégnons-nous amoureusement de sa parole, méditons-la  jour et nuit, et continuons de marcher avec Christ.

ANNEXE :
Voilà ce qui a été écrit dans un commentaire qui parle des Psaumes :

« Les Psaumes expriment l’amour pour Dieu, l’exaltation du Dieu vivant, la prière sous toutes ses formes et dans toutes les situations de vies possibles. Ils sont pour la plupart tournés résolument vers Dieu. Ecrits pour être chantés, ce sont des cris de triomphe, mais aussi de souffrance, de désespoir, de joie ou de deuil… L’amour de la louange, le respect, la crainte de Dieu dans tout son éclat, sont certainement les clefs de compréhension les plus importantes des psaumes.
Beaucoup de lecteurs ne comprennent pas les psaumes car ils n’ont pas l’expérience de l’adoration et de la louange.
Un psaume se comprend en le priant. David et les autres psalmistes avaient bien de l’avance sur leur époque. Ils avaient percé des secrets d’intimité avec Dieu dans l’adoration et la louange. Adorer Dieu, même dans le creuset le plus profond de souffrance, d’adversité, et dans le cadre des pertes humaines inhérentes à la vie, c’est placer Dieu dans une position invincible de souveraineté. »

J.-J. Klug

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Fermer le menu