Evaluation de soi chrétienne et responsable

L’Évangile invite le chrétien à une approche responsable et chrétienne de l’estime de soi. Il accepte les thérapies justes comme « un effet de la grâce commune » [1]. Il tient compte des exigences de l’Evangile dans les domaines du renoncement à soi-même, des absolus moraux, de la réalité du péché et du salut par grâce.

Relation avec Dieu faussée par le péché

Le péché, c’est le désir d’être comme Dieu, « refus d’admettre les limitations humaines ». Cela fausse notre relation avec Dieu et notre perception de nous-mêmes. Une affirmation des valeurs humaines non fondée en Dieu, est incompatible avec la foi chrétienne. Le péché n’est pas « un manque d’accomplissement de soi ». C’est une rupture avec Dieu que seule la croix du Christ peut rétablir.

Le monde est affecté par le péché. Il est rempli de pécheurs, « qui ne s’intéressent qu’à eux-mêmes et à leurs intérêts proches ou lointains ». Parfois, cet égoïsme peut susciter en eux des sentiments de culpabilité.

Limites du raisonnement rationnel

Certaines thérapies séculières rejettent les sentiments de culpabilité et la repentance pour promouvoir une santé mentale fondée sur la raison. Mais « le raisonnement rationnel » n’empêche ni l’immoralité…ni l’inacceptable, comme les camps nazis ou autres exactions plus actuelles…

Mieux vaut le réalisme biblique à propos de la nature humaine séparée de Dieu par le péché mais invitée, par la foi en l’œuvre du Christ, à retrouver la communion avec lui et de bonnes relations avec les autres, que le rejet de la repentance par les thérapies séculières qui empêche « de faire face au passé », de le savoir résolu et de recevoir le pardon.

Réalisme chrétien

Contrairement à un optimisme sans fondement, le « réalisme chrétien » reste lucide devant la réalité et la gravité du péché. Il insiste sur le renoncement à soi, central « dans toute pensée chrétienne relative à la sainteté ».

Il s’oppose à la recherche de l’autosuffisance, « caractéristique de la nature déchue ». Cette autosuffisance est renforcée par la société occidentale moderne, avide de réussite individuelle à tout prix. Elle est vue comme une « composante vitale de l’estime de soi » par la place qu’elle peut procurer dans la société.
Pour S. Augustin, « notre liberté naturelle est un autonomie contrefaite ». C’est en servant Dieu que nous sommes vraiment libres.
Pour le chrétien en effet, l’échec peut contribuer à une meilleure connaissance de soi-même, de sa faiblesse. On place alors sa confiance en Dieu plutôt qu’en ses capacités . Pour la doctrine chrétienne de la grâce, « notre acceptation, par nous-mêmes ou par Dieu ne dépend, en aucun cas de ce que … nous faisons ». Par la croix, « Dieu supprime » la culpabilité qui nous aliénait. Et « il affirme notre valeur » en dehors de tout mérite. …

La croix, fondement objectif de l’estime de soi

Comment Dieu peut-il pardonner le péché ? C’est une transgression si grave et si profonde de l’ordre moral et légal qu’elle a perverti la création et conduit à la crucifixion ? Seule l’intervention divine peut sortir l’homme et la nature de cette accumulation aliénante de péché et de culpabilité.
La croix permet cette libération. Elle change notre relation avec Dieu, elle enlève la barrière de séparation pour nous réconcilier avec lui. Dieu seul a pu ôter « la culpabilité et la puissance du péché de l’homme ». Par la foi, nous recevons « tout ce que le Christ a acquis par la croix, le pardon total et gratuit des péchés », et sa justice parce que nous faisons partie de l’alliance qu’il représente entre Dieu et l’humanité.
L’Évangile reconnaît la réalité et la gravité du péché. Il y répond par la croix, « support objectif de l’estime de soi chrétienne » et fondement de la justification par la foi qui consiste à « accepter d’être accepté tout en étant inacceptable »

Lien entre l’oeuvre de Dieu à la croix et l’estime de soi

Quelques images du Nouveau Testament explicitent le lien entre l’œuvre de Dieu à la croix et l’estime de soi. L’image de la rançon payée par le Christ pour nous libérer du péché et de la mort montre notre valeur devant Dieu ; de même la réconciliation « avec un Dieu connu et aimé permet « d’affronter l’avenir ». Comprendre la portée du salut, délivrance du péché et restauration de l’intégrité de la personne, « peut nous valoriser selon une optique chrétienne correcte ».

Le péché n’a pas « définitivement tué l’idée d’estime de soi

Pécheurs pardonnés, en voie de renouvellement, nous pouvons avoir « une certaine estime de nous-mêmes en nous projetant dans notre avenir de racheté complet, au-delà de notre condition présente de pécheur ».
La justification par la foi dépend de deux causes extérieures : l’œuvre du Christ et la foi, « produite … par Dieu », qui excluent l’idée de se justifier par des performances. Elle permet « une relation adéquate avec Dieu » et nous accorde de la valeur devant lui.
« L’existence du péché – reconnu et confessé – n’annule pas notre statut de chrétien ». Mais il faut abandonner l’idée irréaliste de se croire parfait et de considérer l’imperfection comme une tare inadmissible.
Nous pouvons reconnaître notre imperfection tout en nous réjouissant de notre transformation future à l’image de Jésus Christ. Avoir conscience du péché exprime l’équilibre entre la lutte incessante contre le péché et la justification par la foi.

Paternité de Dieu

Même imparfaite à cause de la chute, la paternité humaine est une image de la paternité de Dieu, manifestée dans la relation accordée par Dieu à la création. Cette appartenance à Dieu comme Père est essentielle pour l’estime de soi.
Comme un Père, Dieu pourvoit à nos besoins [Matthieu 6.25-31], et il nous accepte sans conditions. Il nous guide et nous instruit avec les règles claires de sa Parole et ce sentiment de sécurité, fondé sur l’amour qu’il manifeste pour nous, contribue à notre développement. Dieu souffre aussi de notre éloignement et se réjouit de notre réconciliation avec lui comme dans la parabole du Fils prodigue de Luc 15.

Analogie de l’être : principe théologique de la paternité de Dieu

Le principe théologique de la paternité de Dieu ou analogie de l’être est expliqué par Thomas d’Aquin : Dieu se révèle en tenant compte de notre expérience et de nos limitations. On peut se représenter Dieu comme un père, source de notre existence ou comme un berger qui prend soin de nous.
Même si l’arbitraire de certains chefs risque de ternir l’image que certains se font de Dieu comme roi, l’image de Dieu reste surtout liée à sa compassion de père et à sa sollicitude de berger. Un chef dévoué et intègre, une père exerçant l’autorité dans la justice et l’amour, un pasteur pratiquant le don de soi reflètent le composantes de la réalité divine et aident à reconstruire les images déformées de Dieu données par certains pères.

Content en toutes circonstances : la vie du racheté

La lettre aux Philippiens indique les bases d’une estime de soi chrétienne juste, en particulier pour les chrétiens qui se déprécient eux-mêmes. Devenir serviteurs de Dieu [Philippiens. 1.1] donne la véritable liberté, de l’esclavage de maîtres inférieurs (le péché, la mort et le monde) au service du Christ.
Tout en reconnaissant sa culpabilité, le chrétien met sa confiance dans les promesses de Dieu. Il rendra parfaite la maturation de sa vie chrétienne commencée à la conversion.
La prison vécue par l’apôtre Paul est en soi dévalorisante. Mais les chaînes pour le Christ [Philippiens 1.13] lui donnent dignité et valeur. Notre estime personnelle ne dépend pas de notre situation mais de la manière dont nous laissons Dieu en tirer parti. Aux chrétiens qui se croient inutiles et sans intérêt pour le service, l’apôtre rappelle que Dieu choisit ce qui est faible et insensé [1 Corinthiens 1.26-29] selon ses critères et non selon ceux du monde.
Se dévaluer n’est pas seulement de la fausse modestie. C’est un déni de  la générosité de Dieu, qui risque de nous rendre inaptes au service. Un chrétien ne manque pas de dons ou de talents[1 Corinthiens 4.7 et Matthieu 25.14-30 ] mais il lui faut les découvrir et les exercer dans une perspective responsable, pour l’édification de l’Eglise et pour le témoignage dans le monde.

Dons, humilité et vraie valeur

Les dons posent aussi la question de l’humilité chrétienne.[Philippiens 2.1-11]. Elle n’est pas une dépréciation de soi mais une juste valorisation des autres, aimés comme soi-même[Matthieu 22.35-40] et reconnaissant que tout nous vient de Dieu. Le Christ donne une nouvelle dignité à la nature humaine qu’il a estimée digne d’être sauvée. Il s’est humilié volontairement, se dépouillant de sa gloire céleste pour venir en serviteur à notre niveau et nous élever ensuite au sien.

La croix, critère de l’estime de soi

A la lumière de la croix du Christ, tout ce que le monde peut offrir sombre dans l’insignifiance [Thomas A Kempis, auteur au 15e s  de l’Imitation de Jésus Christ]. Elle est donc le seul critère incontournable permettant d’évaluer l’estime de soi ou des autres.
Paul oppose ensuite une estime de soi issue des privilèges familiaux ou nationaux – la justice de la loi accomplie – ou des réalisations personnelles et la véritable estime de soi fondée sur la foi en Christ, comme Jésus lui-même l’a enseigné dans la parabole du pharisien et du péager [Luc 18. 10-14]. Cela ne signifie pas dévaloriser nos œuvres mais être libérés de l’illusion de pouvoir acheter, par notre perfection, notre ticket d’entrée dans la présence de Dieu. Le regard qu’il porte sur nous, et non l’évaluation d’autrui construit une estime personnelle équilibrée, indépendante des œuvres et des performances.

Pour l’apôtre, les notions mondaines d’estime de soi et de valeur personnelle et la recherche de performances sont dérisoires, face à la dignité accordée par le Christ ; elles risquent même de nuire à la construction d’une estime de soi juste et robuste. Car la valeur du chrétien vient de ce qu’il a été appelé et revendiqué par le Christ. Son estime de soi, est liée à l’action de Dieu. Car il l’a racheté par la croix et la résurrection du Christ. Ainsi la promesse de transformation future à l’image du Christ est indépendante des critères d’évaluation du monde. La confiance dans l’amour de Dieu et dans le jugement de valeur qu’il porte sur nous est une garantie contre le désespoir et le sentiment d’impuissance. C’est aussi une composante essentielle de la joie chrétienne.

L’encouragement en Christ : la vie de l’Eglise

Il s’agit de comprendre psychologiquement le problème de la personne, même difficile à supporter. Alors une écoute empathique, attentive et respectueuse, une acceptation inconditionnelle sont indispensables pour comprendre.

La prière de remerciement pour les dons d’un autre, la prédication d’encouragement plutôt que le reproche, valorisent et encouragent les faibles et les fragiles. Leur valeur devant Dieu ne dépend pas leurs compétences particulières mais de leur attachement au Christ. Il est la tête d’un corps spirituel dont les membres s’estiment mutuellement à travers leurs fonctions différentes.
L’enseignement peut aider à la valorisation de ceux qui attribuent tous leurs succès à Dieu et leur échecs à eux-mêmes. Nous sommes incontestablement des pécheurs. Mais Dieu nous accorde de la valeur. La doctrine de la grâce ne cherche pas à nous humilier. Elle nous incite à valoriser nos œuvres, et celles d’autrui, sans nous appuyer sur elles. Voyons les comme fruit de la foi, don de Dieu qu’il accomplit par nous, et par eux pour le bien de l’Eglise.
Dieu enseigne et accomplit aussi son plan à travers l’échec. Il ne faut donc pas l’attribuer à des fausses raisons, à une estime de soi négative. « Je n’ai pas réussi parce que je suis un bon à rien ». Mieux vaut  prendre en compte les causes réelles et vraiment utiles, une différentiation que le responsable peut aider à établir.
Estimer ou valoriser une personne ne signifie pas fermer les yeux sur ses faiblesses et son péché. C’est plutôt l’encourager à avancer, en se fixant sur le présent et pas seulement sur le passé. Celui-ci peut parfois donner certaines explications à des troubles actuels. La critique des autres, difficile à accepter mais indispensable à la vie chrétienne favorise l’examen de soi et la croissance.

Elément essentiel du ministère pastoral, une critique utile et constructive se fonde sur la connaissance de l’autre. Nous sommes critiqués par Dieu qui nous connaît. Elle implique un engagement vis à vis de l’autre. Dieu se tient à nos côtés pour nous aider à accomplir son projet pour nous. Elle s’inscrit dans le contexte de l’estime et de la valorisation d’autrui.

Témoigner de l’estime rend plus réceptif aux critiques justifiées. La critique n’est pas une fin en soi. Elle fait comprendre la réalité du péché  pour rendre réceptif à la grâce, pour aider à découvrir ses dons.
L’Eglise est un lieu de valorisation des uns par les autres, d’estime pour chacun. Elle est libre des critères de valeur du monde car elle est le corps du Christ. C’est une communauté qui protège ses membres. Elle prend soin des plus faibles avec le souci du bien-être de tous. Chacun reçoit dignité et valeur.
Disponibilité, acceptation, estime mutuelle ne sont pas toujours faciles. Il vaut mieux nous voir à la fois comme pécheurs et comme sauvés en Christ. Cela aide à la sincérité et à l’empathie les uns pour les autres.

C.S.

 

[1]Attitude favorable de Dieu envers l’humanité en général et pas seulement envers les chrétiens (Matthieu 5.45).