L’homme image de Dieu et la conception de l’éducation chez Comenius
Comenius -Jean-Amos Komensky

Le labyrinthe d’une vie

Comenius (Jan Amos Komensky), un chrétien engagé,  un pédagogue dans la tourmente

La conception de l'éducation chez Comenius
Paysage de Moravie République tchèque

Jan Amos Komensky (Comenius) est né le 28 mars 1592 à Nivnice, près d’Uhersky Brod en Moravie du Sud, (actuellement République Tchèque) dans une famille de l’Eglise de l’Unité des Frères de Bohême, héritière spirituelle de Jean Hus.

Après des études universitaires en Allemagne à Herborn ((1611-1613) et  Heidelberg (1613-1614), il enseigne à l’école latine de Prerov puis à Fulneck où il est nommé pasteur de la communauté de langue allemande.

Sous la persécution religieuse

Au début de la guerre de Trente ans, défaite des protestants tchèques contre l’empereur d’Autriche Habsbourg à la bataille de la Montagne Blanche, près de Prague en 1620.
Elle est suivie d’une Contre Réforme catholique féroce : exécution des chefs politiques, foi  protestante interdite, habitants contraints de se convertir au catholicisme ou d’émigrer.

Comenius y perd ses biens, ses livres,  sa paroisse et surtout sa femme et ses deux filles emportées par la peste. Il se remarie deux ans plus tard.

Dans la clandestinité, il écrit en 1623 Le labyrinthe du monde et le paradis du cœur, une allégorie qui explique sa conception du monde.

Emigré et voyageur à travers l’Europe

En 1628, il quitte son pays pour ne plus jamais y revenir. Il mènera à travers l’Europe, une existence compliquée d’émigré. Il éprouve les misères et les dangers provoqués  par la guerre et les haines religieuses. Il connaît aussi la notoriété de ses œuvres pédagogiques et philosophiques auprès des puissances politiques.  Il en  espèrera toujours, mais en vain, un secours pour sa patrie.

Oeuvres pédagogiques et linguistiques

De 1628 à 1641 à Lezno à la frontière polonaise où  les réfugiés de l’Unité des Frères, bénéficiaient de la protection de la famille protestante Leszczynski, il fait paraître ses œuvres pédagogiques principales :

  • La Porte ouverte des langues (Janua Linguarum reserata),
  • La Didactique tchèque (Didaktica ceska) (1628-1632) remaniée en latin  sous le nom de Magna Didactica (La Grande Didactique), (1633-1638), 
La conception de l'éducation chez Comenius
Grande Didactique – Didactica Magna

Ces deux ouvrages lui valurent plusieurs invitations et séjours à l’étranger :

En 1641-42 à Londres,  il participe à des travaux aboutissant à la création de l’Académie des sciences (Royal Society) ;

en 1641-1648, à Elbing en Pologne suédoise,  il écrit plusieurs manuels de langues.

Evêque de l’Unité des Frères, dispersée

en 1648-1650, deuxième séjour à Leszno.

En 1648, le traité de Westphalie attribue la Bohême et la Moravie aux Habsbourg, catholiques. Ceux-ci, selon le principe « cujus regio, ejus religio »(tel roi, telle religion)  imposent leur religion.
Un retour des fidèles de l’Unité des Frères dans leur patrie est définitivement exclu.

En 1650 , il  est nommé évêque  de l’Unité des Frères, dispersée dans toute l’Europe

D’un séjour à l’autre : oeuvres didactiques

de 1650-1654, à Sarospatak à la cour des Rakoczy princes calvinistes de Transylvanie, il travaille à des œuvres didactiques,

de 1654-1656, troisième séjour à  Leszno, : en avril 1656 il perd ses manuscrits et sa bibliothèque lors de l’incendie de la ville par les catholiques polonais.

En 1656, il s’établit à Amsterdam où le Sénat s’engage à publier l’ensemble de ses oeuvres didactiques. Il y mourra 15 ou le 25 novembre 1670.

Les chemins du labyrinthe et la clé du paradis

Le labyrinthe du monde et le paradis du cœur,  contient la clé qui aide à comprendre les choix de vie de Comenius. On peut suivre ainsi le fil conducteur de sa pensée philosophique  et  pédagogique.

Le pèlerin et ses deux guides

Le pèlerin part à la découverte du monde et des diverses activités de l’homme. Il est guidé à travers la ville symbolique par deux personnages allégoriques.

  • l’obnubilateur  impose sa manière d’envisager le monde
  •  l’ubiquiste  découvre tout, voit tout, surveille tout. 

Un monde terrifiant de manipulation

La conjonction de ces deux pouvoirs aboutit à l’image d’un monde terrifiant  où la domination des âmes est doublement assurée par la manipulation des conditions extérieures de la vision (l’obnubilation) et par la manipulation des conditions intérieures de la pensée (l’inquisition). (O. Cauly, Comenius, l’utopie du paradis) 

Mais des lunettes mal ajustées

Les deux personnages affublent le pèlerin de lunettes magiques qui font passer le faux pour le vrai, l’illusion pour la réalité.
Mais comme ces lunettes sont mal ajustées, il peut voir, en oblique,  ce qui se passe en fait et comment est produite cette illusion.

Devant le tribunal de la vanité

Le pèlerin, réticent à toutes les  sollicitations reste sur sa réserve. Il éveille  les soupçons de ses guides qui le conduisent devant le tribunal de la Vanité, reine du monde. Échappant de peu à la mort, il est tenté de désespérer d’un monde, devenu un labyrinthe sans espoir de sortie.

La vérité du paradis

Cependant, les masques …tombent. Et le pèlerin entrevoit soudain la vérité sous la forme d’un paradis …qui s’est réfugié dans l’asile d’un cœur pur.(Cauly

Modèle de l’Eglise invisible et de la cité de Dieu

C’est le modèle non seulement de l’Église invisible formée par la communauté spirituelle des âmes fondée sur la loi… de l’amour… Mais aussi d’une véritable cité de Dieu et des hommes, d’une communauté effective qui renaîtra dans la cité réunifiée (la Jérusalem céleste) lorsque les temps seront venus. (Cauly)

Comenius, homme non du désespoir ou de la résignation, mais de la nostalgie

Comenius, pèlerin entraîné dans le labyrinthe de la détresse par l’effondrement de l’Europe, particulièrement de sa propre nation, pendant la guerre de Trente ans, est d’abord habité par le désespoir devant ce  monde enténébré. Mais il ne se contentera pas cependant d’un paradis du cœur, en abandonnant le monde.

Il n’est pas l’homme de la résignation mais de la nostalgie  (vir desiderium) du paradis, du paradis tchèque. Il attend la réalisation de son désir… la renaissance de l’État tchèque. Il y consacrera son combat politique

Un projet de réforme de l’éducation pour restaurer la société

Et par son  projet d’une réforme de l’éducation,  il préparera la restauration de la société …déstructurée par la guerre  et menacée dans son identité spirituelle

Le rétablissement glorieux et le bel épanouissement… de l’Église, de l’État et de toute la nation de Bohême (quand il plaira à Dieu de restituer sa souveraineté au peuple tchèque) auront à reposer sur une reconstruction sage et circonspecte de l’enseignement. (Comenius, Projet succinct pour le rétablissement des écoles dans le royaume de Bohême)

Un projet global de restauration de l’homme

Mais cette réforme de l’éducation ne se limite pas à promouvoir la renaissance de la nation tchèque. Elle s’inscrit dans le projet global d’une restauration de l’homme à sa condition initiale, affirmée au début de La grande didactique : 

Dieu a décidé de faire renaître le paradis de l’Église et de transformer le désert en jardin de délices… par l’institution d’une droite institution efficace pour redresser l’humaine corruption … Et cela se fera principalement grâce à l’éducation soigneuse et prudente de la jeunesse.

Il n’y a aucun moyen de sortir de ce monde insensé et cruel de barbarie et d’ignorance sans l’éducation qui mène à la véritable régénération de l’homme et du monde, comme le dira  Comenius  dans Via Lucis :

Alors que le feu de la guerre embrasait les pays voisins et à partir de là l’Europe entière, et que tout dans la chrétienté menaçait de sombrer dans la désolation, je n’avais pas d’autre consolation que de voir réaliser l’ancienne promesse divine de la lumière qui, à la fin des temps, refoulerait les ténèbres.
Comme une collaboration humaine devait être nécessaire, cela ne pouvait être rien d’autre, pensais-je, que de mieux instruire la jeunesse de toutes les choses (à partir de leur fondement naturel) et par là même de sortir de ce labyrinthe du monde. (Cauly)

Un acte de résistance politique et culturelle

Ainsi, avec la  Didactique tchèque commencée en 1628, Comenius pose un acte de résistance politique et culturelle aux nouveaux maîtres de la nation tchèque.
Ceux-ci imposaient le catholicisme comme religion officielle, ils repoussaient la langue tchèque à l’arrière plan au profit de l’allemand, et sous l’égide de la pédagogie jésuite, réintroduisaient l’enseignement du latin dans les écoles primaires.

L’homme image de Dieu… en route vers le paradis

L’Unité des frères remontait à Jean Hus.

Sa  théologie de la perfectibilité infinie, est développée par Comenius :

En l’homme et dans la vie sont restées de la grâce divine de petites étincelles de lumière qu’il (lui) appartient … de raviver pour en créer une lumière claire en lui-même, en la personne des autres et pour toute l’humanité.
Le premier homme est tombé dans les ténèbres du péché. Par le sacrifice de Jésus, il peut essayer de reconquérir en tant qu’image de Dieu la perfection perdue, de racheter par une activité réformatrice fervente de toute la vie la chute du premier homme. (La grande didactique) 

Ainsi, pourra-t-il retrouver son état  premier d’avant la chute.

Il est plus naturel à l’homme et plus facile par la grâce de l’Esprit Saint de devenir sage, honnête et saint que de suivre le mal étranger. En effet, chaque chose revient facilement à sa nature… non l’état de corruption qui nous caractérise tous depuis la chute… mais la condition première, originelle à la quelle nous devons tous revenir. Après la chute et le châtiment, Dieu a greffé… dans les cœurs les boutures d’une grâce nouvelle. Et il  a envoyé son fils pour racheter la faute originelle…(La grande didactique)

L’homme peut donc être ramené à la vertu de Dieu par des moyens sûrs…, et refléter  la perfection de Dieu  par la connaissance , la vertu et la religion : c’est pourquoi nous réclamons l’instruction des chrétiens de la lignée du nouvel Adam…

En effet, l’homme, est image du Dieu omniscient. Par ses capacités intellectuelles, il naît capable d’acquérir la connaissance des choses. D’abord parce qu’ il est à l’image de Dieu… Et puisque parmi toutes les qualités de Dieu domine l’omniscience, nécessairement l’image de cette qualité resplendit aussi dans l’homme. (La grande didactique) 

Tout homme est éducable.

L’éducation, donnée ou reçue,  peut le faire sortir du labyrinthe qui le sépare de Dieu.  Elle  l’éclaire en lui ôtant  les lunettes de l’illusion qui faussent toutes les perspectives.
La pédagogie participe au rétablissement en lui de la ressemblance à l’image de Dieu, du retour au paradis  d’avant la chute.

Le droit à l’instruction appartient à tous.

Les institutions scolaires, doivent donc être ouverts à tous.

Tous les enfants, nobles ou roturiers, riches ou pauvres, garçons ou filles de toutes les villes, cités ou villages doivent être admis dans les écoles ; voilà ce dont il faut se convaincre. (La Grande didactique)

A une époque où l’instruction était encore peu répandue et surtout parmi les plus riches, Comenius, reprend le souhait de Luther dans son Manifeste aux villes de l’Empire en 1525 . Il  demande ardemment la création d’écoles aux frais de l’État,  afin d’instruire la jeunesse des deux sexes. Même ceux qui sont destinés à l’atelier ou aux champs, doivent …recevoir régulièrement une instruction littéraire, morale et religieuse. (La Grande didactique)

Personne ne doit être exclu de l’instruction.

Les filles peuvent accéder non seulement à  l’enseignement primaire mais au delà :

Aucune raison ne justifie l’exclusion du sexe faible (je tins à y insister) de l’étude, que celle-ci se fasse en latin ou en langue vulgaire…Les femmes sont aussi également à l’image de Dieu…; elles sont douées d’un intelligence vive et d’une aptitude à la connaissance égale, voire supérieure à la nôtre …(La grande didactique)

Et aussi  les enfants peu intelligents, peut-être même des handicapés mentaux légers

On dira encore: il y a des esprits si abrutis qu’il et impossible d’y introduire quoi que ce soit. Je réponds : il y a certes des miroirs sales qui reflètent mal les images…Mais il faut commencer par nettoyer le miroir…Alors il ne refuse(ra) pas de jouer son rôle (La grande didactique)

Eduquer en tenant compte des différences

Cependant, le pédagogue ne se berce pas d’illusions à propos de l’éducabilité générale de l’homme. Il sait qu’il existe entre individus des disparités parfois considérables et il faut en tenir compte.

Mais il est possible d’instruire et d’éduquer une telle diversité de caractères avec une seule et unique méthode parce que… tous les hommes, par delà les différences d’aptitude intellectuelle ont une même et unique nature humaine dont il convient d’éduquer les organes. (La grande didactique)

L’enfant, du labyrinthe de l’école humaniste  au paradis de La Grande Didactique

Une pratique réelle de l’éducation et une véritable connaissance de la psychologie infantile

La conception de l'éducation chez Comenius
Page de titre de la Grande didactique Didactica Opera Omnia

La pédagogie de Comenius va au delà  de ses  bases éthiques et religieuses, avec la visée de la régénération de l’homme et de la sortie du labyrinthe.
Elle  n’en reste pas à des conceptions abstraites  mais elle s’appuie sur une pratique réelle de l’éducation et une véritable connaissance de la psychologie enfantine.

Une image positive de l’enfant

L’image positive qu’il donne de l’enfant, lui aussi à l’image de Dieu s’oppose à l’opinion négative qu’on en avait généralement au  17ème siècle.
Traditionnellement, l’enfant considéré comme mauvais, porté au mal, devait être soumis à une autorité  qui pouvait aller jusqu’à la répression.

Enracinée dans la tradition protestante de Bohême

Cette conception positive de l’enfance, insolite en ce 17e siècle, s’enracine dans la vieille tradition protestante et révolutionnaire de Bohême.  La vision utopique (et angélique) de la pureté de l’enfant permettait ainsi d’effectuer la critique de la corruption de l’homme et des pouvoirs établis…(Cauly)

L’enfant, le bien le plus précieux à éduquer

A Bérulle qui affirmait que “l’enfance est le plus vil et le plus abject de la nature humaine après celui de la mort”, Comenius  répond qu’il n’y a rien de plus grand ni de plus estimable car elle est, à l’exception du péché originel, l’image non corrompue de Dieu. L’enfant est le bien le plus précieux que l’homme a le devoir d’éduquer. (Cauly)

Cette présence divine, il la souligne dans un passage de la dédicace de la Grande Didactique. Il y qualifie les enfants de maîtres et de modèles  vis-à-vis des grandes personnes…parce que  en eux se trouvent les dispositions les plus simples et les plus aptes à recevoir une amélioration que la miséricorde divine apporte aux causes humaines désespérées. (La grande didactique)

L’enseignement traditionnel au 17e siècle

Des classes surchargées, avec des élèves de tous les âges

L’enseignement au 17ème siècle était dispensé dans des classes surchargées, totalement hétérogènes.

Les enfants des classes sociales élevées entraient au collège dès cinq ans, puis neuf ans mais ceux du peuple entre douze et quinze ans.
Dans une classe de Cinquième du collège des jésuites de Chalons   (1618-1620), il y avait  165 élèves de 8 à 18 ans.
(Etienne Krotky,Former l’homme)

Aucune attention au niveau de maturité des enfants

Ensuite, on ne tenait aucun compte du niveau de maturité psychologique et intellectuelle  des enfants. On pensait qu’ils avaient les mêmes mécanismes mentaux et qu’ils étaient capables des mêmes performances  que les adultes.

Une aberration : faire apprendre la langue maternelle à partir du latin

Comenius dénonce l’aberration qui consiste à faire apprendre à l’enfant sa langue maternelle à partir du latin.

Il rappelle l’angoisse de l’élève, la sienne aussi quand il était élève à l’école latine, écrasé  sous le labyrinthe d’une masse de règles, de commentaires, de comparaisons de textes, de controverses, gavé  de grammaire latine y compris les exceptions et les irrégularités… hébété parce qu’incapable de savoir quel est le sens de tout cela. (La grande didactique)

Pire, dès qu’ils avaient appris à déchiffrer l’alphabet grec et alors qu’ils ignoraient encore les fondements de la langue, on leur mettait en mains des grammaires faisant état de différences grammaticales dialectales. (Krotsky)

Etudier trop vite des auteurs difficiles

Il critique aussi une habitude des écoles latines de passer aux auteurs dès que les élèves ont goûté aux règles de grammaire. Mais à quels auteurs ?
Les écoles qui veulent donner l’impression qu’elles sont les meilleures vont tout de suite … à Cicéron, à Virgile et il conseille de prendre les exemples de grammaire dans la vie courante. (Krotsky)

Des méthodes d’éducation torturantes, décevantes

Il reproche aussi aux méthodes d’enseignement d’être  si dures que les enfants considèrent l’école comme un épouvantail et une chambre de torture pour l’esprit .

La plupart éprouvent des nausées à la vue des lettres et des livres et préfèrent courir travailler chez les artisans ou faire n’importe quoi,  que de ne procurer que des résultats fort décevants. (La grande didactique)

Et inefficaces

La lavandière, l’artisan… apprennent n’importe quelle langue nouvelle, voire plusieurs, en moins de temps qu’il en faut aux élèves des écoles apprenant le latin à temps plein et à toute force…Mais  toujours pas capables   de s’exprimer sans… grammaire ou dictionnaire après quinze ou vingt ans d’études. (La grande didactique)

La Grande Didactique : une nouvelle organisation scolaire

Elle tient compte  de l’âge des enfants et de leur niveau de développement psychologique et intellectuel.

Pour Comenius, l’homme ne devient adulte que vers vint-quatre ans, avec quatre stades de développement  d’une durée approximative de six ans chacun,  caractérisés par la maturation d’une faculté ou de possibilités propres :

Quatre stages de développement

la petite enfance -INFANTIA -(de la naissance à 6 ans) – stade des sens externes et de la motricité;

l’enfance -PUERITIA -(de 6 à 12 ans) -stade des sens internes : éveil de la représentation mentale des choses;

  l’adolescence -ADOLESCENTIA -(de 12 à 18 ans) -stade de la faculté de jugement et de raisonnement;

la jeunesse -JUVENTUS -(de 18 à 24 ans) -stade du développement de l’entendement pur et de la volonté  (Comenius, la nouvelle méthode des langues – Methodus Linguarum novissima)

Quatre cycles d’enseignement

Ces quatre stades correspondent  à quatre cycles d’enseignement ouverts à tous, garçons et filles, au moins jusqu’à douze ans :

pour la petite enfance, l’école du giron maternel,

– pour l’enfance, l’école élémentaire publique, en langue maternelle,

– pour l’adolescence, l’école latine et le gymnase, (le lycée)

– pour la jeunesse, l’Académie (l’Université) et les voyages,

avec des écoles maternelles dans toutes les maisons; des écoles élémentaires dans chaque commune… un gymnase dans chaque ville, une Académie dans chaque royaume ou même  chaque grande région. (La grande didactique)

Un enseignement homogène donné de la même manière à tous

Auparavant, les maîtres s’épuisaient à dispenser un enseignement individuel à l’un et à braire contre les autres livrés au désœuvrement …et à l’ignorance. Ils dissociaient les matières naturellement liées, comme la lecture et l’écriture, et les élèves employaient des livres divers sur les même matières. (La grande didactique)

Maintenant, selon le modèle du soleil qui éclaire toute la terre de la même façon, un enseignement homogène, est donné de la même manière à tous, par un seul maître avec un même livre et les mêmes méthodes pour chaque matière.

Il s’appuiera sur des notions de base solides et concises. Il suivra une progression selon laquelle chaque nouvelle connaissance renforce celle qui la précède et ouvre la voie de celle qui la suit. (La grande didactique)

Un seul maître pourra ainsi  enseigner simultanément à une classe d’une centaine d’élèves

  • en divisant la classe en groupes de dix élèves avec des moniteurs
  • en ne donnant jamais de leçons particulières mais toujours collectives,
  • en se plaçant de manière à être vu et entendu de tous à la fois .

Les huit principes de la leçon modèle

L’auteur donne ensuite les huit principes de la “leçon modèle” qui permettent au maître d’éveiller et de maintenir l’attention des élèves et il explique les procédés de correction mutuelle des exercices écrits

Une nouvelle méthode d’enseignement

facile et agréable pour que les élèves aussi bien que les enseignants ne soient pas dégoûtés (du travail) avant même de l’aborder et avant d’en voir les résultats.
Puisse l’école cesser d’être un labyrinthe, un bagne, une prison et un lieu de détresse, et puisse-t-elle commencer à être un stade, un palais, un festin et un paradis» qui permettra “d’arriver à sortir des labyrinthes scolaires”, selon le titre de l’un de ses traités. (Krotsky)

Fondements d’un enseignement et d’une étude faciles

Dans le chapitre XVII de La Grande Didactique qui porte le titre Fondements d’un enseignement et d’une étude faciles, il demande  au maître

  • d’éveiller chez les élèves le désir de savoir et d’apprendre
  • de choisir un méthode d’enseignement qui diminue la fatigue de l’élève et lui évite de se braquer  de peur qu’effrayé, il ne se détourne de l’étude (La gande didactique)

On fait violence à l’entendement (l’intelligence)

  • chaque fois qu’on contraint l’élève à accomplir une tâche au dessus de son âge et de ses forces
  • chaque fois qu’on lui impose d’apprendre par cœur des choses mal expliquées ou mal formulées et lorsqu’on exige de lui un exercice trop brièvement présenté,

Et aussi quand on lui fait apprendre des mots qu’il ne comprend pas.

Des motivations naturelles poussent l’homme à chercher la connaissance

Comenius  insiste sur les motivations naturelles qui poussent l’homme à désirer acquérir la connaissance. Ainsi,

Il n’est pas nécessaire de forcer l’œil  à s’ouvrir pour fixer les objets car, ayant soif spontanément de lumière, il prend plaisir de lui-même à regarder.

De même notre esprit a soif d’objets …Il capte toute chose sans fatigue pourvu que tu procèdes distinctement, avec l’ordre qui lui convient et une chose après l’autre (La grande didactique)

La connaissance commence par les sens

puisque rien ne peut parvenir à l’intelligence qui ne soit d’abord dans la sensation, la connaissance doit nécessairement commencer par les sens… C’est seulement lorsque l’observation de ces choses aura été conduite que la parole interviendra pour les expliquer avec profit. (La grande didactique)

Pour le jeune enfant, découverte du monde par l’observation des objets

Comenius  fait participer le jeune enfant  à la découverte du monde en lui faisant observer les objets qui le composent :

par les sens externes, il apprendra dès la maternelle à distinguer et à nommer les animaux, les éléments de la nature comme l’eau, le vent,… les membres du corps et à se repérer dans le temps.
Si l’observation directe des choses est impossible, on utilisera un livre d’images.

Pour l’enfant plus grand, développer sensibilité, imagination et mémoire

Pour l’enfant plus grand, on développera la sensibilité interne, l’imagination, la mémoire à l’école élémentaire en même temps que les organes d’exécution, la main et la langue pour la lecture, l’écriture, le dessin…le calcul, l’arpentage…et autres exercices qui font travailler la mémoire. (La grande didactique)

Un programme d’éducation complet pour l’intelligence, la langue et la main

Il propose donc un  programme d’éducation complet qui exerce à la fois l’intelligence, la langue et la main et permet à l’enfant d’acquérir des notions  et des principes par l’observation du concret, réel ou imagé.

Le Monde en images, premier livre scolaire illustré

en application des principes pédagogiques de Comenius

le Monde en images (Orbis sensualium pictus quadrilinguis) paru en 1652, est lepremier livre scolaire illustré. C’ est l’application pratique la plus complète des principes pédagogiques de Comenius.

avec un sous titre à caractère encyclopédique :

La peinture et la nomenclature de toutes les choses fondamentales et de toutes les actions principales de la vie humaine 

 un abrégé de l’ensemble du monde et de toute la langue … mais aussi un abrégé pictural et pédagogique, embelli de peintures, de nomenclatures et de descriptions. (Recueil d’extraits de l’oeuvre pédagogique)

Correspondance entre l’illustration et le nom de l’objet grâce à des numéros

Il permet d’établir la correspondance entre l’illustration représentant un objet  ou une notion et le nom qu’ils portent. En effet, les mots du texte portent un numéro qui correspond à l’image où l’objet est représenté.

Du simple au complexe

Le livre va du simple au complexe, avec une initiation aux métiers, comme le montre l’illustration et le texte sur l’imprimerie.

Avec un alphabet illustré

Précédé par un alphabet symbolique qui accompagne chaque lettre par  la figure de l’animal dont la voix naturelle en semble imiter le son, il sera utile pour l’apprentissage de la langue maternelle, et comme les mots traduits en d’autres langues (allemand) sont placés en regard des mots latins…, il servira  à comprendre mieux et plus facilement la langue latine. (Recueil d’extraits de l’oeuvre pédagogique)

A la base des encyclopédies enfantines actuelles

Le Monde en images fut édité jusqu’en 1910. On en retrouve aujourd’hui le principe dans les encyclopédies enfantines avec des illustrations simples, claires, et en couleurs, les mots pour  désigner les choses, un texte d’explication.

Pour l’adolescent, former le jugement, l’intelligence et la volonté

Observer, comparer, découvrir les raisons des choses

A l’adolescent, Comenius  demande aussi d’observer les choses mais surtout de les comparer et d’essayer d’en découvrir les raisons

On  passera de la pratique à la théorie par l’étude de la dialectique, de la grammaire, de la rhétorique.
Ainsi se formera le jugement et l’intelligence réflexive de tout ce qui est perçu par les sens.

Enfin, les Académies cultiveront surtout ce qui se rapporte à la volonté…pour qu’elle exerce son pouvoir légitime sur toute chose. (la grande didactique)

Pas d’enseignement avec des mots et des opinions glanés dans des livres.
Montrer comment les choses existent par elles-mêmes

Il rejette l’enseignement “par procuration” courant à son époque, qui consiste à farcir l’esprit d’un fatras de mots… et d’opinions glanées ça et là dans les livres;  au lieu d’éveiller l’intelligence en mettant les élèves en présence des choses, en leur montrant comment elles existent en elles-mêmes et par elles-mêmes. (La grande didactique)

Rendre les études faciles et intéressantes : aller du général au particulier, du facile au difficile

En même temps, il cherche à rendre les études faciles et intéressantes selon les principes du début du chapitre XVII de la Grande Didactique. Entre autres il fallait aller du général au particulier, du facile au difficile. Mais ce n’était pas appliqué pour l’enseignement du latin

Pour l’enseignement du latin aux débutants, on donnait des règles en latin

On donnait aux débutants en latin les règles de la langue en latin……un lexique latin-langue vernaculaire alors qu’il faudrait l’inverse; ce n’est pas leur langue qu’ils doivent apprendre mais le latin…un maître étranger qui ne connaît pas leur langue (La grande didactique)

Il  faudrait plutôt donner les explications dans la langue de l’élève et tirer de son environnement les exemples qui illustrent les nouvelles règles

La porte ouverte sur les langues (Janua linguarum resrata)

Un manuel de latin fondé sur la langue maternelle

C’est selon ces préceptes que Comenius écrivit La  porte ouverte sur les langues (Janua linguarum reserata). La première édition parut en 1631.
C’est un manuel de latin qui prend la langue maternelle comme point de départ.

1000 phrases simples avec 8000 mots latins et leur traduction en langue maternelle

Il consiste en mille phrases simples concernant le monde environnant, composées de huit mille mots latins mis en ordre, avec en regard, le même mot dans la langue maternelle. 

Petite encyclopédie de la nature et du monde environnant

C’est aussi une petite encyclopédie qui mettra l’élève en contact avec les phénomènes de la nature et les différentes facettes du monde qui l’entoure.

Une promenade dans le monde créé depuis l’origine jusqu’à la Sainte Trinité

Le cours des choses est présenté … à travers une promenade effectuée par l’enfanten compagnie de l’auteur qui le guide dans le monde créé, depuis 1’origine des choses jusqu’à la Sainte-Trinité à travers toutes les sphères de la vie. (Cauly)

100 courtes scènes de la vie quotidiennes en 100 rubriques :

De courtes scènes de la vie quotidienne sont clairement et distinctement présentées à l’esprit de l’enfant et distribuées en Cent rubriques (ou «Titres communs des choses») qui révèlent une progression méthodique: de la création aux différents règnes (minéral, végétal, animal) en passant par les différentes sphères de la vie sociale et économique, puis culturelle, jusqu’à la fin dernière de l’existence. (Cauly)

L’ouvrage sera rapidement traduit en plusieurs langues ,dont une édition en français et latin en 1642.

Le paradis retrouvé ?

Comenius  est un auteur passionnant, d’une grande richesse et par là même, d’une grande complexité. Il a exercé ses talents dans de nombreux domaines, pédagogique, philosophique, religieux et politique. Il a suscité l’admiration de beaucoup mais il n’a pas fait l’unanimité de tous et il s’est attiré critiques et ennemis.

Le rétablissement de la nation tchèque ?

Par exemple, il faisait trop confiance aux pseudo prophéties de personnes atypiques ou peu recommandables qui annonçaient un rétablissement de la nation tchèque, démenti par les faits.

On pourrait l’excuser en disant qu’il symbolisait les espoirs d’un peuple persécuté, en fuite, livré au jeux politiques et aux trahisons.

En effet, l’espoir suscité par le soutien de la Suède était immense, ses armées étaient sur le point d’occuper Prague.
Mais  l’annonce du  traité  de Westphalie mit fin à la conquête qui aurait accompli les prophéties de retour. Cependant…

Quand les traités de Westphalie (1648) eurent confirmé la domination étrangère sur la Bohême, Comenius, dans le Testament de l’Unité, mère mourante, lança ce cri qui sonnait comme un défi:

«0 peuple tchèque, un jour viendra où tu auras de nouveau le gouvernement de tes affaires dans tes propres mains».

Cette foi dans le retour de l’indépendance nationale sera le soutien des patriotes tchèques au cours du dix-neuvième siècle. Et quand l’heure de cette indépendance sera venue, en 1918, le président-libérateur, Masaryk, se référera à cette «prophétie» dans son premier discours solennel à la nation.(Krotsky)

Passion, générosité, espoir en Dieu

Si on considère l’ensemble de la vie et les motivations de Comenius, on ne peut s’empêcher d’y lire à la fois la passion, la générosité et un immense espoir en Dieu.

Pas de révolte malgré les malheurs. Dieu est le roc de sa vie

Les malheurs de sa patrie et ses souffrances personnelles auraient pu ruiner sa foi et le pousser à la révolte.
Mais, parlant de Dieu après l’incendie de Fulneck et la mort de sa femme et de ses enfants, il dira qu’il est le “roc de sa vie”, une “tour forte”.
Et quand il perd ses manuscrits, -quarante années de travail – lors de l’incendie de Lezno en 1656, il dit qu’il “avait tout perdu excepté cet unique qui, à lui seul, est tout» (Krotsky).

Il y a quelque chose de prodigieux et d’authentiquement chrétien, dans le contraste entre les souffrances et les férocités endurées par Comenius, et l’allégresse mystique dont rayonnent ces textes écrits dans la pauvreté et dans l’exil.
La visualisation des choses et la conception philosophique du monde dans l’œuvre de Comenius
Marc Fumaroli Du Paradis du cœur au Collège de lumière

Souci de formation pour les gens de son époque livré à l’ignorance

Il avait un véritable souci pour la masse des gens de son époque livrés à l’ignorance intellectuelle morale et spirituelle par la négligence des pouvoirs politiques et les vicissitudes de la guerre et il était convaincu que de bonnes écoles pouvaient remédier à ces lacunes. Seul il sentait, à son époque, que «l’art de former les hommes était un des plus profonds mystères du monde et de notre salut» (Krotsky)

Un bilan, au moins sommaire, de son système éducatif ?

 Presque ignoré dans l’enseignement public français

On attribue à Rousseau sa conception du développement psychique de l’enfant et son système éducatif

Un premier fait : Comenius  est à peu près totalement  ignoré dans le monde de l’enseignement public. On a attribué à Rousseau la paternité de sa conception du développement psychique de l’enfant et de son système d’éducation.

Il serait …facile de montrer comment bien souvent Rousseau répète Comenius; parfois on “retrouve textuellement les expressions de Comenius“. (Krotsky)

Plus de notoriété aujourd’hui … dans les rencontres de spécialistes

Il est un peu plus connu aujourd’hui mais sa notoriété est limitée au cercle des spécialistes de colloques. 

La seule biographie accessible en français jusqu’à une date relativement récente était celle d’Anna Heyberger parue en1928.

Une Grande Didactique tronquée, éliminant toute dimension religieuse…

Quant à La Grande Didactique, elle a connu deux traductions.

Celle des Éditions Klincksieck parue en 1992 a heureusement remplacé celle de Piobetta en 1942 aux P.U.F.

Celui-ci, sous les égides du laïcisme, récupère les “avantages pédagogiques” de Comenius  en éliminant toute dimension religieuse.
Les premiers chapitres de La Grande Didactique et d’autres passages  sont simplement ignorés et les mots comme Dieu, religion remplacés par des points de suspension !

Reproche de vouloir rendre l’étude facile et inciter à la paresse

Certains lui ont reproché de vouloir rendre l’étude facile et d’inciter ainsi les élèves à la paresse.

Mais son objectif :  rendre accessible au peuple la culture réservée  l’élite

Mais il ne faut pas oublier son objectif de rendre accessible au peuple la culture réservée  jusqu’alors à l’élite, en évitant de le rebuter par trop de difficultés.

«Il faut toujours choisir dans la mesure du possible des moyens …faciles à employer (ce qui est difficile passera pour impossible)». …«Tout ce que tu entreprends, il faut que tu aies des moyens sûrs et une méthode facile pour le mettre en pratique». (Krotsky)

A la même époque, les jansénistes de Port Royal

Il n’était d’ailleurs pas le seul à travailler sur un meilleur enseignement des langues et des méthodes d’enseignement, moins rebutantes et plus accessibles aux élèves.

En témoignent les titres d’ouvrages composés à la même période par les Jansénistes à Port Royal

  • Nouvelle méthode pour apprendre facilement et en peu de temps la langue latine (1644)
  • Nouvelle méthode pour apprendre facilement et en peu de temps la langue grecque (1657) de Lancelot. (Krotsky)

Evaluer les notions de facilité, difficulté à la mesure des conditions de l”époque

Il est important aussi d’évaluer les notions de facilité et difficultés à la mesure des conditions de son époque – en particulier l’enseignement du latin donné en latin- et de ne pas le comparer aux conditions actuelles de l’enseignement.

Facile pour un  élève de l’école de Comenius voulait dire  “un peu plus accessible” alors que, dans certains domaines et exigences de l’enseignement actuel, cela signifie parfois “élémentaire” ou “indigent”.

Comenius : culture pour toutes les couches de la société

Diderot et Voltaire :  conservateurs sans sympathie pour le peuple

Comenius  est le premier à avoir travaillé à diffuser la culture dans toutes les couches de la société parce que  il respecte en chaque homme l’image de Dieu, alors que Diderot ou Voltaire qui «étaient des conservateurs sans sympathie, pour la masse populaire qui leur inspirait parfois des mots très durs». (Krotsky)

Droit à l’éducation pour les infirmes, les déficients intellectuels et ceux qu’on pensait réservés à l’esclavage

Il accorde aussi le droit à l’éducation aux infirmes et déficients intellectuels et aussi à ceux qu’on appelait alors “barbares”et que l’on pensait dépourvus d’âme, donc réservés pour l’esclavage.

Conclusion par Comenius

Nous laisserons à Comenius le soin de tirer lui-même la conclusion qui établit le lien entre les éléments fondamentaux, les options et les réalisations de sa vie

Dans l’ouvrage L’école comme un jeu (Schola ludus), il se décrivait ainsi en 1657 :

« Moravus sum natione, lingua Bohemus, professione theologus ad Evangelii ministerium
De nationalité, je suis Morave, de langue, Tchèque, de profession, Théologien au service de l’Évangile. »

Quant à ses recherches en didactique, il écrit clairement

Ce que j’ai écrit pour la jeunesse, je ne l’ai pas écrit comme pédagogue mais comme théologien. (Opera didactica omnia IV, 27).

La conception de l'éducation chez Comenius
Illustration tirée des «Oeuvres didactiques complètes» avec l’inscription « Tout coule de soi-même, la violence est absente des choses ».

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Fermer le menu