La création et le déluge selon les tablettes babyloniennes

Enûma Elish « Lorsqu’en haut », tablette babylonienne de la création

Le poème babylonien de la création, (Enuma Elish « lorsqu’en haut »), écrit au premier millénaire av. J.C. a été découvert au 19e siècle, dans les fouilles de la ville de Ninive, une des capitales de l’empire assyrien.
Ce texte en assyrien sur huit tablettes et plus de mille vers raconte la naissance des dieux, la formation du monde et de l’homme. Il établit la suprématie de Marduk, dieu de Babylone sur les autres dieux

Une théogonie (enfantement de dieux)

Petits meurtres en famille

Tablette 1 : L’eau douce (Absu) et l’eau salée (Tiamat) donnent naissance à une série de divinités qui se livrent à des rivalités et à des meurtres entre elles

Tiamat demande à Absu de punir ses fils trop remuants. Ea endort son père Absu, le tue, s’installe dans son cadavre et enfante Marduk.

Moches, bêtes et méchants !

Pour venger la mort de son mari, Tiamat suscite neuf monstres invincibles contre ses fils>
Tablette 2: les dieux menacés envoient des délégations de dieux pour apaiser Tiamat, mais en vain
Marduk accepte de vaincre Tiamat, à condition d’être chef de tous les dieux.

Tablette 3 et 4 : Marduk est proclamé roi

La création babylonienne du monde

Marduk tue Tiamat et ouvre son cadavre comme un coquillage.

Tablette 5 : Avec la partie supérieure, il forme le ciel avec la demeure des dieux ; il met en place les étoiles, la lune, le soleil
Avec la partie inférieure, il façonne les montagnes, il met en place les rivières (Tigre et Euphrate). Il crée ainsi le ciel et la terre et établit des rois. Les dieux l’honorent et confirment sa royauté.

La création de l’humanité

Tablette 6 : Marduk décide de créer les hommes pour les faire travailler et ainsi les dieux pourront se reposer.

Pour former l’homme, Marduk a besoin du sang d’un dieu coupable. On sacrifie Kingu qui avait poussé Tiamat à la guerre. Avec son sang Marduk forme l’humanité

Au boulot !

Marduk dit : « Construisez Babylone, que ses briques soient façonnées ; vous l’appellerez le sanctuaire des Anunaku (les dieux supérieurs) ». Les Anunaku moulent des briques et construisent un temple, une tour à étages (ziggourat).
Marduk fait construire la tour à étages de Babylone avec des briques moulées, en l’honneur des dieux supérieurs (Anunaku)

L’épopée de Gilgamesh (1) et le déluge

La tablette 11 avec le récit du déluge vient de la bibliothèque d’Assurbanipal à Ninive au 7e s avant J.C.

Les grands dieux ont décidé de provoquer le déluge, parce que les hommes les dérangent avec tout leur bruit mais Enki (Ea) n’est pas d’accord.

Il avertit un homme par un bruit dans les roseaux qui dit « détruis ta maison, construis un bateau ».

L’homme fabrique un bateau. Il le charge avec de l’argent, de l’or, sa famille, sa belle-famille, du bétail et des artisans, c’est à dire beaucoup plus de monde que dans l’arche de Noé.
Le déluge s’abat sur la terre. Les eaux montent. Les dieux ont très peur. Après sept jours, la tempête se calme. Le bateau accoste sur une montagne. Après sept autres jours, l’homme lâche une colombe. Puis il quitte le bateau, offre un sacrifice – et les dieux s’approchent en sentant l’odeur.
Enlil qui a ordonné le déluge est furieux en voyant le bateau : personne n’aurait dû échapper à la catastrophe. Enki (Ea) essaie de raisonner Enlil : mieux vaut utiliser d’autres moyens pour punir les hommes (lion, loup, famine, peste) que le déluge. Enlil semble convaincu car il monte dans le bateau et accorde à l’homme l’immortalité.
Le rescapé du déluge a confié à Gilgamesh la plante de l’immortalité. Elle pique comme la rose, mais s’il la garde en mains, il obtiendra la vie. Malheureusement il se baigne dans un puits et un serpent attiré par le parfum emporte la rose. Impossible d’atteindre l’immortalité.

L’épopée d’Atrahasis (2) associe la création et le déluge

Pas étonnant avec des noms pareils !

Tablette 1 : Il y a deux classes de dieux, les dieux supérieurs (anunaku), et les dieux inférieurs (zigigu), astreints à la corvée pour les dieux supérieurs.

Déjà la révolution du prolétariat !

Après 2500 ans de corvée, les dieux inférieurs se révoltent. Les dieux supérieurs essaient d’arranger la situation.

Faits pour bosser 

La sage-femme des dieux, Mamou, fait avec de l’argile mêlé au sang d’un dieu sept hommes et sept femmes qui seront esclaves des dieux.

Mais trop dérangeants

Mais les hommes se multiplient sur la terre. Ils font du bruit et empêchent Enlil de dormir. Il essaie de diminuer le nombre des hommes avec l’épidémie, la sécheresse (tablette 2), la famine.

Enki va aider l’humanité à lutter contre ces fléaux.
Enlil décide d’utiliser le déluge.
Enki avertit Atrahasis, qui construit un bateau (tablette 3).
Le déluge s’abat sur la terre. Atrahasis, après avoir échappé au déluge, offre un sacrifice. Enlil est furieux. La fin du récit ressemble à celui de Gilgamesh : on limite le nombre des humains par la stérilité, la mort infantile, le célibat des religieuses.

Récit biblique et légendes parallèles

Au moment de la découverte de ces textes, on a remarqué les ressemblances avec le récit biblique : création de l’homme avec de l’argile, envoi des oiseaux et sacrifice après le déluge.

S’agit-il de textes mythologiques adaptés par la suite à la foi juive ?
ou plutôt de traditions spirituelles authentiques dans la Bible mais déformées dans lesrécits mythologiques ?

Les textes païens ont été mis par écrit avant le texte biblique.
MAIS le texte biblique ne les a ni copiés ni adaptés.

Authenticité et supériorité du récit biblique

Monothéisme (un seul Dieu)

# polythéisme (plusieurs dieux)

Dans la mythologie, théogonie (dieux enfantés)

# Dans le récit biblique, Dieu unique, éternel, sans commencement ni fin

Les dieux païens sont créés à la suite de combats ou de conflits d’intérêts : c’est pratique pour expliquer les événements de la vie courante

Dans la mythologie, on trouve une origine à tout, même aux dieux

                 # Dans le récit biblique, Dieu crée « ex nihilo » à partir de rien

La création biblique n’a besoin ni d’anges créateurs ni d’intermédiaires.
Les divinités babyloniennes sont remises à leur place de créatures
Le soleil et la lune ne sont pas nommés mais réduits au rang de grands luminaires

Mélange (textes païens)

# distinction  entre le Créateur et la créature (récit biblique)

Dans les textes païens, les dieux naissent, travaillent comme les hommes.

On crée l’homme avec l’argile mêlé de sang, de salive. Il y a des êtres intermédiaires. Gilgamesh est devenu comme un dieu

Dans le récit biblique, l’élément divin en l’homme est le souffle de vie de Dieu

« Être comme Dieu » : c’est la tentation du serpent

L’homme est créé à l’image, à la ressemblance de Dieu
Ps 8 : « tu l’as fait de peu inférieur à Dieu »

La différence est que Dieu a la vie en lui-même et distingue en dernière analyse entre le bien et le mal

L’être humain est créé pour servir les dieux (textes païens)

# par amour (récit biblique)

L’homme et la femme créés par Dieu sont placés dans le jardin, pour le cultiver et le garder, seulement après la création

Un enfant vient au monde par l’amour des parents – et non pour faire la vaisselle ou prendre soin de leurs vieux jours : Le texte mythologique est une façon païenne de présenter la création de l’homme

Ni couple ni individu mais 7 couples (textes païens)

 #L’être humain, un individu et le rôle de la femme (récit biblique)

Le mal et la mort

Dans la mythologie, la mort a été décidée par les dieux au moment même de la création de l’humanité.

Le mal est déjà là avant l’apparition de l’homme : luttes parricides, entre « noblesse et prolétariat » divin.
L’homme est créé avec le sang d’un dieu mauvais

# Dans le récit biblique, la création est bonne

Le mal et la mort sont venus par la faute des humains
La mort est naturelle (tu retourneras à la poussière) mais anormale. Ce n’était pas l’intention de Dieu : l’arbre de vie était en évidence dans le jardin.

C.S.

(1) Roi semi-légendaire de la cité d’Ourouk
(2) Héros légendaire mésopotamien qui aurait survécu au déluge