Mort avec le Christ : que signifie l’expression  ?

Notre lecture de la Bible nous fait rencontrer des expressions qui, à force, deviennent familières. Mais tout en les connaissant bien, nous ne savons peut-être tout de même pas bien ce qu’elles signifient.
Mort avec le Christ en est une. Mais dans quelle mesure le contenu de ces mots fait-il partie de notre vécu ? S’agit-il d’un but à atteindre, d’une lourde tâche à réaliser ? N’est-ce qu’une image de la vie chrétienne ? Arrêtons-nous une bonne fois à ces mots pour voir quelle réalité ils recouvrent et comment ils peuvent décrire notre expérience.

Colossiens 2. 16-23.

Que personne donc ne vous juge au sujet du manger ou du boire, ou au sujet d’une fête, d’une nouvelle lune, ou des sabbats :c’était l’ombre des choses à venir, mais le corps est en Christ. Que personne, sous une apparence d’humilité et par un culte des anges, ne vous ravisse à son gré le prix de la course ; tandis qu’il s’abandonne à ses visions, il est enflé d’un vain orgueil par ses pensées charnelles, sans s’attacher au chef, dont tout le corps, assisté et solidement assemblé par des jointures et des liens, tire l’accroissement que Dieu donne.Si vous êtes morts avec Christ aux principes élémentaires du monde, pourquoi, comme si vous viviez dans le monde, vous impose-t-on ces préceptes :Ne prends pas ! ne goûte pas ! ne touche pas ! préceptes qui tous deviennent pernicieux par l’abus, et qui ne sont fondés que sur les ordonnances et les doctrines des hommes ? Ils ont, en vérité, une apparence de sagesse, en ce qu’ils indiquent un culte volontaire, de l’humilité, et le mépris du corps, mais cela est sans valeur réelle et ne sert qu’à satisfaire la chair.

1. Un fait accompli

Ai-je bien compris  ? Il est question là de deux choses de nature opposée : d’une part d’une foule d’actions obligatoires ou interdites qu’il faut veiller à respecter : des prescriptions alimentaires, le respect de certains jours (16), une dévotion rigoureuse, des gestes d’humiliation, une sévère discipline (23), ce qu’on appelle couramment les devoirs religieux, et d’autre part le fait de s’attacher au Christ avec qui nous sommes morts.
D’une part une foule de choses à faire dures et exigeantes, mais qui ne servent à rien qu’à faire enfler les chevilles de celui qui s’y attelle. D’autre part un fait présenté comme déjà accompli et dont il s’agit d’accueillir les bienfaisantes conséquences comme un cadeau et alors on est libéré des devoirs religieux ! Voyez : une fois de plus ce que la Bible nous demande, ce n’est pas de choisir la bonne religion, mais de nous attacher au Christ pour être libérés de toute religion comme d’un fardeau sans valeur.
Le Saint-Esprit nous annonce donc que lorsque Christ est mort, il y a 2000 ans, nous, nous sommes morts avec lui. Et c’est une bonne nouvelle : notre nature pécheresse, notre vieil homme, ce que la Semeur appelle l’homme livré à lui-même est mort. Dieu le traite comme tel, suite à notre repentance, notre retour et notre attachement au Seigneur Jésus et à notre prise de position de foi que c’est par son sacrifice que nos péchés sont payés, pardonnés. Ça peut-être difficile à concevoir, comme pour Nicodème la nécessité de naître de nouveau, mais c’est Dieu qui l’affirme et le répète : Romains 6.5-7. Autrement dit : mon passé est apuré, ma culpabilité est enlevée et n’a plus de raison d’être, puisque Christ l’a expiée à la Croix. Et la preuve que c’est vrai, c’est que quand je retombe dans un de mes travers, j’en suis frappé, malheureux, alors qu’autrefois le péché me laissait indifférent, me paraissait naturel, inévitable.

2. Mais il reste un problème : le péché encore présent

Le passé est donc en ordre. Mais il reste un gros problème dans le présent : il m’arrive encore de pécher et le diable en profite pour m’enfoncer et prétendre qu’en fait je ne suis pas sauvé. Effectivement comment se fait-il que je retombe si facilement dans le péché, pourquoi suis-je incapable d’arrêter ? J’aimerais vraiment que ça cesse et pourtant je tombe encore et encore, alors que 1 Jean 5.4 parle de triomphe !
C’est un fait que le péché agit en moi comme une puissance qui me dépasse, cette puissance veut encore s’imposer, malgré l’expérience bien réelle du pardon reçu dans la foi. Je dois honnêtement reconnaître que la chair, ce qui me pousse à pécher, est encore en moi et se fait parfois remarquer impérieusement
En enlevant le vieil homme, Dieu n’aurait-il pas dû aussi éliminer cette pulsion au péché. En pardonnant les péchés n’aurait-il pas dû en même temps anéantir la puissance du péché en moi ? Des questions importantes et douloureuses !
La réponse peut surprendre et pourtant elle est juste : si la puissance du péché était détruite, nous ne pourrions plus pécher, nous serions des automates du bien, attachés à Dieu par impossibilité de faire autrement et non par choix, par préférence, par amour. Voilà pourquoi Dieu n’a pas envoyé aussi notre chair, nos pulsions au péché dans la mort à la Croix. Il voudrait que nous lui donnions la préférence, par choix et non par obligation.
Et une fois de plus là où un chrétien superficiel voit une faille dans le plan du salut de Dieu, un élément choquant, en y regardant avec les yeux de la confiance il pourrait trouver une démonstration de plus de la délicatesse de Dieu, de son respect de la liberté qu’il a accordée à sa créature. Il souhaite être aimé. Or aimer quelqu’un, c’est le choisir, le préférer à n’importe quoi d’autre, montrer à d’autres qu’on a reconnu en lui une personnalité à laquelle on veut être attaché pour toujours. Ce n’est pas une relation où l’on s’engage parce qu’on n’a pas d’autre possibilité.

3. Une réponse magnifique : l’Esprit de Dieu remède au péché

Bien sûr que Dieu ne nous a pas abandonnés à la puissance du péché, sans avoir prévu et donné une arme efficace contre elle. Dès le moment de notre conversion notre Père nous a donné son Esprit dans notre cœur. Cet Esprit de Dieu est celui qui saura efficacement contrer la puissance du péché en nous. Il est la pulsion divine en nous capable de tenir en échec la pulsion au péché. Il est aussi celui qui nous éduque à apprécier et préférer la communion épanouissante avec notre Père au plaisir réel parfois, mais si passager et si rapidement amer du péché : Galates 5.16. Ça aussi, ça s’apprend, progressivement, ça ne nous tombe pas dessus tout prêt : Jean 8.31. Et la voilà promise, à portée de foi, cette liberté tant désirée par rapport au péché. Laissons le Saint-Esprit s’épanouir en nous, prendre de l’autorité et guider notre pensée, alors il étouffera peu à peu le penchant à pécher.
Mais ce n’est qu’un aspect de la réponse. Un acte inspiré par l’amour a souvent en plus des simples gestes visibles, expérimentables, une motivation élevée, noble, plus secrète, moins évidente. Et quand cela vient de Dieu, on peut s’attendre à des surprises.
Pourquoi Dieu a-t-il conçu ainsi la vie pratique du chrétien et en particulier la manière de vaincre le péché ? Pourquoi a-t-il confié au Saint-Esprit cette mission de soutien et de défense du chrétien dans sa lutte contre le péché ? Tout le vaste plan de salut conçu avant la fondation du monde culmine dans l’idée inouïe et stupéfiante de la mort de son Fils sur une croix, il complète le volet intitulé « victoire sur le péché » par cette mission confiée au Saint-Esprit.
Et nous les chrétiens, nous l’Église, nous portons le témoignage que ce plan fonctionne effectivement. Par notre vie dépendante de Dieu nous apportons la démonstration que le plan de Dieu atteint son but, est vraiment capable de faire d’un pécheur rebelle et ennemi de Dieu un enfant de Dieu attaché à son Père céleste par choix, par amour. C’est le sens que je crois trouver dans deux textes assez étonnants : Éphésiens 3.10 ; 1 Pierre 1.12.
Les anges découvrent que des créatures de Dieu perverties par le péché sont retirées de la perdition, s’engagent volontairement dans une relation d’amour avec leur Créateur, sont libérées par lui des plaisirs de la chair, protégées de la nécessité de pécher et peuvent ainsi servir leur Seigneur d’un cœur libre. Voyant cela, ils admirent la sagesse infiniment variée de Dieu, capable de produire cela, sans contrainte. La gloire de Dieu, c’est aussi d’arriver par son amour et sa sagesse à être volontairement aimé par ceux qui étaient ses ennemis.

4. Et la religion

Et ainsi on comprend mieux pourquoi le pharisien Paul, si soucieux autrefois à pratiquer scrupuleusement les exigences de la Loi jusqu’au dernier détail, emploie maintenant des mots aussi sévères contre ces pratiques : Vous êtes morts avec le Christ à tous ces principes élémentaires qui régissent la vie dans ce monde. Non seulement l’œuvre de notre Seigneur à la Croix les a vidés de leur contenu, de leur raison d’être, mais vouloir les continuer comme une chose indispensable (ou méritoire), c’est enlever autant de valeur à la Croix du Seigneur.
Et il y a surtout l’énorme tentation de respecter toutes ces choses pour elles-mêmes, comme si elles avaient de la valeur en elles-mêmes et de se dire : « Eh bien voilà, j’ai fait tout ce que je devais faire, Dieu ne peut qu’être satisfait ! » Dans ce système on parle aussi de Dieu, mais ce qui est décisif, c’est ce que fait et pense l’homme. La pensée et l’œuvre de Dieu n’y sont qu’un accessoire parmi d’autres ou elles y sont inutiles, ça continue à fonctionner quand même. Le diable est un inventeur astucieux de religions qui dispense à l’homme mille conseils sur la meilleure manière d’être pieux.
Une conséquence de tout cela, c’est qu’une vie chrétienne normale ne peut se vivre à moitié, en annexe de ce qu’on appelle la vie normale. Dieu ne sera glorifié que dans une vie entièrement consacrée. Cela ne veut pas forcément dire un engagement professionnel à plein temps dans le service de Dieu, mais à n’importe quel poste, dans n’importe quelle situation, salariée ou non, donner à Dieu sa place prioritaire. Dans ma vie il ne peut y avoir un domaine spirituel et, à côté, un autre ou de nombreux autres domaines réputés « profanes » où Dieu ne peut avoir de place.
En réponse à notre foi Christ nous a entraînés dans sa mort ; mais aussi dans sa résurrection, dans une qualité de vie nouvelle avec lui au centre. Mais comme il l’avait bien promis, il ne nous a pas laissés orphelins, il nous a donné son Saint-Esprit dès nos premiers pas avec lui. S’il peut disposer de moi, orienter ma mentalité, réordonner mes priorités, il m’éduquera et me fera progressivement découvrir son intervention dans tous les domaines de ma vie et en particulier celui de la répression du péché, = de la sanctification.

J.J.S.