Monothéisme et pluralité interne à la divinité

Jésus Christ « seul Seigneur » associé à égalité avec Dieu le Père :

Pour nous il n’y a qu’un seul Dieu, le Père, de qui viennent toutes choses et pour qui nous sommes, et un seul Seigneur, Jésus-Christ, par qui sont toutes choses et par qui nous sommes.1 Corinthiens 8.6.

Médiateur entre Dieu et les hommes :

En effet, il y a un seul Dieu, et de même aussi un seul médiateur entre Dieu et les hommes, un homme : Jésus-Christ.1 Timothée 2.5.

A la fois Dieu et homme

Jésus Christ est à la fois Dieu et homme. Cette affirmation fondamentale a dû prendre racine dans la foi du converti d’origine païenne, il lui faut désormais exclure toute allusion à des demi-dieux, mélanges hétéroclites entre hommes et dieux, c’est-à-dire entre êtres de nature différente.

Unité possible entre personnes de même essence divine

Si l’unité dans la Trinité n’est possible qu’entre des personnes de même essence, et si l’une de ces personnes est Dieu, il s’ensuit nécessairement que les autres personnes possèdent à égalité cette même essence divine.

Le défi posé au Grec concerne aussi le Juif

comment concilier le monothéisme avec une pluralité interne à la divinité ? Peut-on en trouver des indices dans les textes de l’Ancien Testament ?

Les pluriels de Genèse vont dans ce sens

Et Dieu dit :– Faisons l’homme (l’être humain) à notre image, selon notre ressemblance. Genèse 1.26Puis il dit :– Voici que l’homme est devenu comme l’un de nous pour le choix entre le bien et le mal. Genèse 3.22Eh bien, descendons et brouillons leur langage pour qu’ils ne se comprennent plus entre eux ! Genèse11.7

Ces pluriels indiquent une certaine délibération en Dieu.

Mais comme Dieu est parfaitement un, cet échange dans la réflexion divine n’est possible que si son unité inclut aussi une pluralité et dans un être absolu, la seule pluralité possible est une pluralité de personnes.

Cette pluralité se retrouve dans les expressions doubles :

celle du Psaume 110.1 :

Parole de l’Eternel YHVH à mon Seigneur ADONAÏ: Assieds-toi à ma droite, jusqu’à ce que je fasse de tes ennemis ton marchepied.YHVH, Eternel, le nom propre de Dieu répond à ADONAÏ, Seigneur, la manière courante de désigner Dieu;

celle plus précise encore du Psaume 45.7

Tu aimes la justice, et tu hais la méchanceté : C’est pourquoi, ô Dieu ELOHIM, ton Dieu ELOHEIKHA t’a oint D’une huile de joie, par privilège sur tes collègues.

Dieu ELOHIM répond exactement à Dieu, ton Dieu,  ELOHEIKHA.

De même au  Psaume 33.6

Les cieux ont été faits par la parole de l’Eternel, DEVAR ADONAÏ  Et toute leur armée par le souffle de sa bouche BERUKH PIO

La  parole de Dieu  (DEVAR ADONAÏ) est associée à  souffle, esprit de sa bouche (BERUKH PIO.

L’esprit (ou le souffle) de Dieu est actif dans la création et dans la Rédemption

Ainsi en est-il de ma parole, qui sort de ma bouche: Elle ne retourne point à moi sans effet, sans avoir exécuté ma volonté et accompli mes desseins. Esaïe 55.11.

Enfin, la Sagesse de Proverbes 8, préexistante à la création du monde, est collaboratrice de Dieu et participe à l’œuvre de la création engendrée par Dieu.

Les indices, vont par deux, Parole avec Esprit, Sagesse avec Dieu.

De la pluralité à la Trinité dès l’Ancien Testament ?

Pourrait-on préciser plus encore et passer de la pluralité à la Trinité dès l’Ancien Testament ?Plusieurs érudits ont tenté de le faire au cours des siècles, en particulier Philon d’Alexandrie dans ses spéculations mathématiques sur le chiffre 3.

Les Pères de l’Eglise  voyaient la Trinité dans les trois visiteurs d’Abraham de Genèse 18 

L’Éternel lui apparut parmi les chênes de Mamré, comme il était assis à l’entrée de sa tente, pendant la chaleur du jour. Il leva les yeux, et regarda: et voici, trois hommes étaient debout près de lui. Quand il les vit, il courut au-devant d’eux, depuis l’entrée de sa tente, et se prosterna à terre. Et il dit: Seigneur, si j’ai trouvé grâce à tes yeux, ne passe point, je te prie, loin de ton serviteur. (Gen 18:1-3 ),

Le triple « Saint, Saint, Saint » d’EsaÏe 6.3

Un autre texte de l’Ancien-Testament peut aussi suggérer  la Trinité : le triple Saint, Saint, Saint, de la vision d’Ésaïe 6.3

Ils (les séraphins) criaient l’un à l’autre, et disaient: Saint, saint, saint est l’Éternel des armées ! toute la terre est pleine de sa gloire

Cette louange appelée le Trisagion (du grec tris=3 fois , hagios=saint ) exprime cette triple réalité.

Les auteurs du Nouveau Testament ont lié le Trisagion aux trois personnes de la Trinité

  • au Père par l’expression « l’Eternel des armées »,
  • à Jésus Christ par « il vit sa gloire et parla de lui »

Esaïe dit ces choses, lorsqu’il vit sa gloire, et qu’il parla de lui. Jean 12.41)

  • au Saint-Esprit par l’allusion de Paul avertissant les Juifs de Rome qui contestaient son enseignement à propos de Jésus-Christ :

C’est avec raison que le Saint -Esprit, parlant à vos pères par le prophète Esaïe, a dit:Va vers ce peuple, et dis: Vous entendrez de vos oreilles, et vous ne comprendrez point. Vous regarderez de vos yeux, et vous ne verrez point. Actes 28:25-26.

Selon Didyme l’Aveugle, un théologien du 3e s en Egypte, on peut voir en celui qui parle le Père, le Fils et le Saint-Esprit, d’après les textes bibliques eux-mêmes.

C.S.