3e dimanche de l’Avent : l’attente du Messie

Aujourd’hui nous célébrons le 3ème dimanche de l’Avent. Nous approchons à grands pas de Noël. Nous aimons pendant cette période, évoquer quelques personnes « en attente » du Messie :
– Zacharie et Elisabeth, justes devant Dieu, le couple fidèle qui pensait ne jamais avoir d’enfants,
– Siméon, le juste, qui attendait la « consolation d’Israël » et sur qui était l’Esprit saint
– Anne, la vieille dame, 84 ans, veuve, prophétesse qui, nous dit Luc, ne quittait pas le temple « dans l’attente » et prenait part au culte nuit et jour par des jeûnes et des prières,
– Et tant d’autres certainement qui relisaient les promesses des prophètes en attendant la venue du Messie.
Méditons un court texte de l’Evangile de Matthieu qui se situe dans les débuts du ministère de Jésus.

1. Jean-Baptiste le précurseur, qui prépare le chemin du Seigneur

Il s’agit de Jean-Baptiste le précurseur, le fils de Zacharie et d’Elisabeth, celui qui prépare le chemin du Seigneur, qui baptise les foules dans le désert, et qui a reconnu en Jésus l’Agneau de Dieu qui ôte les péchés du monde. Une pointure, cet homme, un des tout grands parmi les prophètes, dira Jésus.
Il reconnaît clairement que Jésus est le Fils de Dieu (Jean3 :34). Lui n’est que le précurseur, celui qui prépare la route et les cœurs à accueillir le sauveur du Monde.
Dans l’évangile de Jean, Jean-Baptiste définit son rôle ainsi que celui de Jésus de façon imagée. Jean-Baptiste n’est pas le Messie. Il est celui qui l’annonce. Il est un ami, l’ami du marié comme il se nomme au chapitre 3 de l’évangile (v.29). Il se réjouit pour le marié, pour Jésus.
En ayant connu, rencontré Dieu, sa joie est complète. Il laisse la place à Jésus. Il est celui qui est en première partie d’un concert. Il chauffe la salle pour la star qui va venir après lui. Son rôle est important. Tout en faisant patienter le public qui est venu écouter le chanteur ou la chanteuse vedette, il lui permet de se mettre dans l’ambiance, d’être réceptif à ce qui va suivre. C’est là son principal talent. Chacun a sa place, son rôle à jouer !
Reconnaître en Jésus le Messie, c’est-à-dire celui que Dieu envoie pour aller à la rencontre des hommes, devait être simple pour Jean-Baptiste, puisque le face à face réel a pu avoir lieu.
Et pourtant, l’évangéliste Matthieu nous relate l’événement suivant :

Jean-Baptiste, dans sa prison, entendit parler des œuvres du Christ. Alors il envoya quelques-uns de ses disciples demander à Jésus: « Es-tu le Messie qui doit venir ou devons-nous attendre quelqu’un d’autre? »Jésus leur répondit: « Allez raconter à Jean ce que vous entendez et voyez: les aveugles voient, les boiteux marchent, les lépreux sont guéris, les sourds entendent, les morts reviennent à la vie et la Bonne Nouvelle est annoncée aux pauvres. Heureux celui qui n’abandonnera pas la foi en moi! » (ou Heureux celui qui ne perdra pas la foi à cause de moi ». Matthieu 11, 2-6, Version Bible du Semeur

Le doute après l’enthousiasme

Pour Jean-Baptiste, l’enthousiasme des premières rencontres et les certitudes premières font place au doute. Suite à sa prédication dérangeante, il se retrouve au fond d’une prison. Tant de paroles et de gestes ont conforté Jean-Baptiste dans la certitude que Jésus est bien le Messie tant attendu.
Maintenant il n’en est plus tout à fait sûr. Il ne peut plus juger sur pièce, puisqu’il est enfermé et donc privé de liberté. Voilà pourquoi il demande à ses disciples de poser la question à l’intéressé lui-même.

« Es- tu le Messie ? »

Qui est ce Jésus ? La question de Jean-Baptiste est surprenante, lui qui a passé toute sa vie à préparer le chemin pour Jésus qui vient baptiser de St Esprit et de feu. Jean n’a pas perdu la foi, Jésus dit de lui que c’est le plus grand des prophètes (v.11). Jean avait présenté le Messie à venir Math. 3 :7, 12 comme un juge. En prison à cause de son message radical et de son intransigeance, voyant les actes de Jésus, il se demande si le juge annoncé est encore à venir ?
Jean est perplexe, il doute, s’est-il trompé ? Il médite dans sa prison, il se souvient des heures passées au Jourdain, des foules venues l’écouter, des baptêmes… des conversions. Il a reconnu le Messie et il a été prêt à s’effacer devant lui ; le voici au fond d’un cachot à se poser mille questions.

Le message de Jean-Baptiste était tout feu tout flamme, Matthieu 3 :7
Aux Pharisiens et Sadducéens venus l’écouter Jean dit:

Espèce de vipères! La colère de Dieu va venir, et vous croyez que vous pouvez l’éviter? Qui vous a dit cela? Faites donc de bonnes actions pour montrer que vous avez changé votre vie! Ne vous mettez pas à penser: « Notre ancêtre, c’est Abraham. » Oui, je vous le dis, vous voyez ces pierres, ici. Eh bien, Dieu peut les changer pour en faire des enfants d’Abraham! Déjà la hache est prête à attaquer les racines des arbres. Tous les arbres qui ne produisent pas de bons fruits, on va les couper et les jeter dans le feu! 

Jean est-il troublé par ce Messie qui sillonne les chemins et parle aux foules, mais qui ne prend pas le pouvoir et ne s’érige pas en juge, qui ne brandit pas le fouet de la colère… Ce Jésus qui ne fréquente pas les théologiens de Jérusalem.
Il y a de la violence dans le message du baptiste – il y a de la douceur dans le message de Jésus : à l’égard des exclus, des blessés de la vie, des infirmes…

On peut remarquer que Jean n’est pas le seul à avoir douté, Pierre, Thomas, Elie le prophète, le psalmiste, Job et tant d’autres à un moment de leur vie ont douté.
Es-tu le Messie ou devons-nous en attendre un autre ?

2. La réponse de Jésus

La réponse de Jésus aux envoyés de Jean Mt 11.4-6:

Allez raconter à Jean ce que vous entendez et ce que vous voyez:
les aveugles voient clair, les boiteux marchent bien, les lépreux sont guéris, les sourds entendent, les morts se réveillent, les pauvres reçoivent la Bonne Nouvelle.

Pas de reproches de la part de Jésus, allez, rapportez à Jean ce que vous entendez et voyez.

Considérer les actes de Jésus à la lumière de quelques prophéties

 

Alors les yeux des aveugles verront clair, les oreilles des sourds entendront.
Les boiteux bondiront comme des gazelles, et la bouche des muets s’ouvrira pour exprimer leur joie Esaïe 35 :5-6

L’esprit du Seigneur DIEU est sur moi. Oui, il m’a consacré pour apporter une bonne nouvelle aux pauvres. Il m’a envoyé pour guérir ceux qui ont le coeur brisé, pour annoncer aux déportés: «Vous êtes libres!», et à ceux qui sont en prison: «Vous allez revoir la lumière du jour. Esaïe 61 :1-2.

Il m’a envoyé pour annoncer: «C’est l’année où vous verrez la bonté du SEIGNEUR!», «C’est le jour où notre Dieu se vengera de ses ennemis!» Il m’a envoyé pour redonner de l’espoir à ceux qui sont en deuil. »,

C’est la parole lue dans la synagogue de Capernaüm

Même si Jésus ne se conforme pas exactement à la conception qu’avait Jean de ce que serait le Christ, et que Jésus n’ait pas – pas encore – les attributs d’un roi glorieux, d’un juge, ses œuvres confirment ce que la voix venue du ciel avait déclaré : « Celui-ci est mon Fils bien-aimé ; c’est en lui que j’ai pris plaisir »
Les chapitres précédents nous racontent cela : la guérison et la proclamation vont de pair l’aveugle, le boiteux, sont témoins de l’amour du Christ.

 

Dites à ceux qui perdent courage: «Soyez forts! N’ayez pas peur! Voici votre Dieu. Il vient vous venger et rendre à vos ennemis le mal qu’ils vous ont fait, il vient lui-même vous sauver. Esaïe 35.4

C’est l’annonce de la Bonne nouvelle.

Et cela aussi Jean doit le savoir : la Bonne Nouvelle est annoncée

Jean-Baptiste était chargé de préparer le chemin, une tâche ardue, ingrate : il a fallu faire le ménage, redire le bien et le mal, la sainteté de Dieu, le jugement à venir. Des foules entières sont venus entendre ce message et accepter le baptême de repentance.

Jésus est bien l’envoyé de Dieu

Jésus accueille la question deJean-Baptiste, oui, il est bien l’envoyé de Dieu, celui qui est promis. Ses gestes et ses paroles le prouvent. Aux hommes d’ « entendre et de voir »
Que retenons-nous des évènements qui se passent, vers où nos regards sont-ils tournés ? Vers les Jean-Baptiste en prison, vers la violence de ce monde, l’injustice et la corruption autour de nous ? ou vers ceux qui annoncent la Bonne Nouvelle , ceux qui soulagent les aveugles et les boiteux ?

Jésus voulait–il souligner cela ? Lève les yeux au-delà de ta prison, Jean-Baptiste, le jour se lève, le Royaume est proche…

3.« Heureux celui qui ne perdra pas la foi à cause de moi ».(Bible du Semeur)

Curieuse béatitude, en négatif ! Je n’en ai pas trouvé d’autre énoncée de cette manière ! Pourrait-on dire de manière positive « Heureux celui qui ne se trompe pas en mettant sa foi en Jésus » ?
Jean-Baptiste avait-il tendance à ne voir que le côté jugement dans l’arrivée du messie ?
Le scandale serait de se tromper sur la vraie nature du Christ. Pierre a été un objet de scandale pour Jésus lorsqu’il n’a pas voulu accepter que Jésus soit mis à mort, quand il l’a renié.
Comment Jésus peut-il être cause de chute ? Chaque fois que je le prends pour un autre, pour un juge, un roi terrestre et que je me prends à oublier qu’il est le fils de Dieu, celui qui a accepté de venir à la rencontre de l’humanité perdue sous les traits d’un petit enfant…

Jésus ? Un homme formidable ? Un grand penseur ? ou le Fils de Dieu lui-même!

Pour les uns Jésus était Dieu, mais n’a jamais été homme. Il aurait juste eu une apparence humaine.
D’autres à l’opposé ont vu en lui un homme génial, un philosophe, à la rigueur un homme adopté par Dieu, mais en aucune façon Dieu lui-même.
Et puis il y a ceux qui ont essayé de doser la part de divinité et d’humanité en lui, plus Homme que Dieu ou plus Dieu qu’Homme.

Nous nous préparons à accueillir Jésus enfant dans nos foyers, la question de Jean-Baptiste est d’autant plus importante. Sans se perdre dans des débats de spécialistes, posons-nous la question

Qui est ce Jésus ? Est-il le messie ? L’envoyé de Dieu ?

A Noël ce n’est pas un adulte qui se présente à nous. Se référant aux récits d’enfance dans les évangiles de Matthieu et de Luc, c’est l’enfant Jésus qui est au centre de la fête à venir.
Tous ceux qui ont pu accueillir un enfant dans leur existence le savent bien. En accueillant un enfant, c’est un être en devenir qui vient prendre sa place au sein de la communauté des humains.
Il n’est pas destiné à rester le petit bout de chou que tout le monde adore. Il va se forger une personnalité, prendre sa place parmi nous. C’est la même chose pour Jésus. En rester à l’image de l’enfant Jésus, aussi merveilleux que cela puisse être, est le figer à un moment de son histoire. Or cet enfant, Jésus, est appelé à grandir, à prendre de plus en plus de place dans nos existences.

Cela fait penser à cette parole concernant la relation entre Jésus et Jean-Baptiste, quand ce dernier affirme : « Il faut que son influence grandisse et que la mienne diminue. »
C’est bien pour cela que le peintre Matthias Grünewald a représenté Jean-Baptiste sur le retable d’Issenheim, au pied de la croix, pointant d’un doigt exagérément agrandi vers le crucifié.

C’est un peu ce que nous vivons avec la couronne de l’Avent. Au départ la discrète lumière de la 1ère bougie a de la peine à trouver sa place dans le flot des lumières artificielles. Petit à petit, ce seront quatre lumières chaudes, représentant la présence croissante du Christ qui vient à notre rencontre.

Jean Baptiste nous prépare à recevoir Jésus. Il nous réveille de notre torpeur.

Il nous faire prendre conscience qu’il nous faut changer de vie, pour accueillir Jésus. Il s’adresse à tous les hommes, puissants et humbles, tous ont à se réformer, chacun selon son état de vie. Oui, celui qui vient, il faut qu’il grandisse et que moi je m’efface, pour laisser toute la place au Christ.
Faire de la place à Jésus pour l’accueillir, c’est réduire l’espace que nous envahissons. Nous encombrons notre existence avec tant de choses qui nous empêchent de découvrir Jésus.
Les contemporains de Jésus ne l’avaient pas reconnu, à commencer par les scribes. Ils lisent la prophétie du livre de Michée annonçant la naissance de Jésus à Bethléem. Et que font-ils ? Ils restent à Jérusalem !

Personne d’ailleurs n’attendait un enfant en tant que Messie !

Et vous, qui dites-vous que je suis ?

Peut-être devrions-nous nous poser la question que Jésus adresse à ses disciples : Et vous qui dites vous que je suis ?
Au questionnement de Jean-Baptiste, Jésus répond comme à son habitude de façon détournée.
« Les aveugles voient clair, les boiteux marchent bien, les lépreux sont guéris, les sourds entendent, les morts se réveillent, les pauvres reçoivent la Bonne Nouvelle. » Avec de tels signes, Jésus ne peut qu’être le Messie. Avec lui, tout est possible, tout reprend vie et forme. La joie surgit pour celui qui est prêt à croire en lui.

Mais il reste la parole « Les aveugles voient, les boiteux marchent… »

C’est à ce signe qu’on devait reconnaître le Messie qui viendrait de la part de Dieu.
Il est venu, il a mis les hommes debout, leur a ouvert les yeux pour voir tout le bien et l’amour en train de germer à travers ceux qui suivent Jésus. Souvent à petit bruit, tout simplement.
« Le bien est banal » paraît-il, aussi faut-il être un peu attentif pour le percevoir.
Mais ces « témoins » sont des signes du royaume à venir ils permettent de croire en celui qui est venu.

Conclusion : «Heureux celui qui ne perdra pas la foi à cause de moi »

Nous sommes invités à nous préparer à fêter la venue de Jésus.
Comment préparer le chemin, ranger, enlever des pierres et des ronces, des branches mortes, nettoyer, fleurir et décorer ?
Les mages, les bergers, ont vu la lumière! Ils sont remplis de joie ! Après avoir vu et adoré l’enfant, ils se sont hâtés de retourner dans leur pays de chaque jour. Leur joie est si grande qu’elle déborde dans leurs paroles et transparaît sur leurs visages.
Ils racontent ce qu’ils ont vu et tout ce qu’ils ont appris au sujet de la lumière : « Préparez-vous, car elle vient chez vous, la lumière!
Parmi ceux qui les écoutent, certains hésitent, incrédules. Alors ces témoins insistent : « Elle est depuis toujours, la lumière ! Depuis le commencement ! En elle est la vie ! Elle vient pour éclairer tout homme et toute femme de ce monde. Elle brille dans les ténèbres et les ténèbres ne peuvent l’arrêter. La lumière vient pour demeurer chez vous! Si vous la recevez avec confiance elle fera de vous des enfants de lumière ! »
La joie qu’ils communiquent est si grande qu’elle se met à resplendir, toute pareille à un éclat de soleil.
Que l’éclat de ces bougies qui brûlent et rayonnent sur notre couronne prépare en chacun de nous la lumière de celui qui vient, signe d’espérance et de présence de Dieu à vos côtés !

L.N.