Découragement face à une catastrophe annoncée

Face au découragement de la population du royaume de Juda confrontée à  l’invasion babylonienne à la fin du 6e s avant J.C., Dieu annonce à Habakuk quelque chose  d’inattendu: la destruction du royaume et l’exil sont imminents et c’est la conséquence de l’idolâtrie. Mais des gens fidèles à Dieu pourront revenir  plus tard dans leur pays.

J’étais à mon poste, et je me tenais sur la tour ; je veillais, pour voir ce que l’Eternel me dirait, et ce que je répliquerais après ma plainte. Habakuk 2.1

Habakuk demande à Dieu la réponse à ses interrogations, pas une réponse de son imagination ou de sa réflexion propre, mais une révélation prophétique que Dieu inspire: Ce que l’Eternel me dirait »
Cette prophétie, il la prononcera dans ses propres paroles  : « ce que je répliquerai après ma plainte »

Pourquoi les questions du prophète, pourquoi ses protestations ?

Oracle révélé à Habakuk, le prophète.
 Jusqu’à quand, ô Eternel ?… J’ai crié, et tu n’écoutes pas !
J’ai crié vers toi à la violence, Et tu ne secours pas !
Pourquoi me fais-tu voir l’iniquité, et contemples-tu l’injustice ?
Pourquoi l’oppression et la violence sont-elles devant moi ?
Il y a des querelles, et la discorde s’élève.
Aussi la loi n’a-t-elle point de vie, la justice n’a-t-elle point de force ; Car le méchant triomphe du juste, et l’on rend des jugements iniques. 

Habakuk 1. 1-4

Oracle révélé à Habakuk

Cet oracle  (proclamation) annonce des événements difficiles à recevoir et à communiquer. C’est un fardeau (massa d’après le texte original) quelque chose qui lui pèse sur le cœur.
Habakuk devra dire quelque chose de surprenant, de choquant. Pas des paroles lénifiantes, qui consolent facilement, à bas prix. Les faux prophètes de son temps le faisaient déjà en promettant invariablement que tout finirait par s’arranger…

Est-ce que mes paroles aident l’autre à véritablement réfléchir, à placer sa situation, ses difficultés devant le Seigneur, à attendre ce que Dieu lui même aura à dire…

La fin du royaume de Juda

Les versets 2 à 4 concernent le contexte historique des derniers rois de Juda jusqu’à la chute de Jérusalem en 586. La prophétie se situe dans les dernières décennies de l’existence du peuple en tant que nation. Le royaume d’Israël (au nord) a déjà disparu en 722 et sa population a été emmenée en captivité en Assyrie. Le royaume du sud ou royaume de Juda va décliner pendant un peu plus d’un siècle, avec une majorité de mauvais rois.

La réforme du roi Josias  qui devait remettre la Loi de Dieu au centre de la vie des dirigeants et du peuple n’a pas eu d’effet profond ni durable. Après la mort du roi en  609,  ses descendants (trois fils et un petit fils), des rois impies  précipitent la chute du royaume, la destruction de Jérusalem et du temple et l’exil en Babylonie.

Le royaume de Juda est un terrain d’affrontement (au sens propre aussi)  entre les deux grands blocs politiques en conflit, Babylone  à l’est, l’Égypte au sud. Ses quatre derniers rois  misent régulièrement sur le mauvais cheval politique.

Jojakim, le 2e fils de Josias a été mis en place par l’Égypte. En 605 Nabuchodonosor roi de Babylone bat les Égyptiens.Il assiège Jérusalem qui se rend sans résistance (2 Rois 24.1-3). Il laisse Jojakim sur le trône, mais lui impose sa suzeraineté, son autorité politique. Jérémie qui vit à peu près à la même époque qu’Habakuk, dénonce ce roi comme un homme sans scrupules, brutal et criminel qui n’hésite pas à trahir la parole donnée et à se révolter (Jérémie 22.17).

Une situation angoissante et désespérée qui semble sans solution

Habakuk pose ses questions à Dieu dans une situation angoissante qui dure depuis longtemps :  jusques à quand, …pourquoi ?
Une situation désespérée qui semble sans solution : sans que tu nous délivres, indifférent à nos tourments.

Un temps de mépris pour la Parole de Dieu

On ne respecte plus la loi… ni le droit  (v.4)  Les méchants  empêchent les justes d’agir. Jojakim, furieux de devoir se soumettre à Babylone le fait payer à tous ceux qui ne sont pas d’accord avec lui, aux prophètes surtout.
Il découpe et jette au feu le rouleau des premières prophéties de Jérémie qui recommandait de se soumettre à Babylone et le menace de mort (Jérémie 36).

Ravages, violence; querelles, conflits. Injustices et tourments pour ceux qui restent fidèles à Dieu.

Le prophète dénonce une  situation de dégradation morale et spirituelle, d’injustice criante. Israël, devrait se comporter comme le peuple de Dieu, mais semble l’avoir oublié, rois et dirigeants en tête.

Dieu va répondre au prophète et intervenir mais d’une manière inattendue.

Jetez les yeux parmi les nations, regardez, Et soyez saisis d’étonnement, d’épouvante! car je vais accomplir en votre temps une oeuvre: vous ne le croiriez pas si on vous en parlait.
Je vais faire venir les Chaldéens, peuple féroce et déchaîné, qui parcourt les étendues de la terre pour prendre possession des demeures d’autrui.
Habakuk  1.5-6

La situation ne va pas s’améliorer mais empirer. Dans quelques années, les Babyloniens vont envahir le pays.Ce dernier avertissement reste sans effet : en 603 ou 602, faisant alliance avec l’Égypte contre les conseils de Jérémie, Jojakim se révoltera et refusera  de payer l’impôt annuel aux Babyloniens.
Pour le moment, Israël et son roi ne s’inquiètent guère : L’armée babylonienne est encore loin, l’Égypte les soutient, le Temple les protège,comme un lieu magique, s’imaginent-il en répétant « le temple de l’Eternel, le temple de l’Eternel » (Jérémie 7) …  L’illusion ne durera guère.

Dieu laisse les choses suivre leur cours : ceux qui ont semé le vent récolteront la tempête.

 

N’es-tu pas depuis l’origine, ô Éternel? Tu es mon Dieu, mon Saint, tu ne meurs pas.
O Éternel, toi le rocher, c’est pour exécuter le jugement que tu as suscité ce peuple,
et tu l’as rendu fort pour qu’il soit l’instrument du châtiment.
Tes yeux sont bien trop purs pour accepter de voir le mal, tu ne peux supporter la vue de l’affliction.
Pourquoi supportes-tu la vue des traîtres? Pourquoi gardes-tu le silence quand l’impie engloutit un plus juste que lui?…Habakuk 1.12 et 13

Certaines versions ont « nous ne mourrons pas  » Mais la traduction exacte  d’après les textes les plus anciens est « Tu ne meurs pas « .
Un scribe a modifié l’expression qui lui semblait irrespectueuse.

Le prophète prend bien acte : les Babyloniens sont les instruments choisis par Dieu.

C’est pour exécuter le jugement  que tu as suscité ce peuple, et tu l’as rendu fort pour qu’il soit l’instrument du châtiment.(v.12)

Mais il a beaucoup de réticences à l’accepter.

Il a de la peine à comprendre : Pourquoi gardes-tu le silence quand l’impie engloutit un plus juste que lui
Pourquoi le Dieu très saint utilise-t-il  une nation païenne, brutale  pour régler ses comptes à son propre peuple qu’il a choisi, avec lequel il a fait alliance?
Dieu, le protecteur d’Israël va-t-il laisser  détruire son peuple sans faire de différence entre le juste et le méchant entre Jojakim, le roi impie et brutal, et des juifs fidèles qui souffrent de la situation
Ce peuple  idolâtre (Babylone) qui offre à son filet des sacrifices, brûle de l’encens en l’honneur de sa nasse(v. 16). Va-t-il continuer toujours à dégainer son glaive pour égorger d’autres nations sans aucune pitié?(v.17) 

A cette question du mal, de l’injustice historique et politique, une réponse précise et une promesse

Deutéronome 28.36
L’Éternel vous exilera ….chez une nation que ni vous, ni vos ancêtres n’auront connue; et là, vous serez asservis à d’autres dieux.

et Deutéronome 28.49
Il lancera contre vous, une nation lointaine dont vous ne comprendrez pas la langue.

Un avertissement solennel et précis : invasions, destructions et déportation sont les conséquences de l’idolâtrie.

Dieu a déjà utilisé à plusieurs reprises des nations païennes pour punir Israël  avec des incursions répétées de Madianites, Philistins et autres peuples au temps des Juges. Et en même temps, l’Éternel promet de préserver un reste de son  peuple, de ramener ses brebis dispersées, selon les prophéties de Jérémie 23.3 mais aussi d’Esaïe 1:9; 10:20-22; 11:11; et de Michée 2:12.

Comme un guetteur sur sa tour, qui s’implique dans ce qu’il demande, Habakuk attend la réponse de Dieu.

C.S.