De Trinitate : Introduction, historique et enjeux

S. Augustin préoccupé par le mystère de la Trinité

Aussitôt après sa conversion à la foi chrétienne, S. Augustin aimait méditer sur Dieu. Son but, c’était « connaître Dieu et l’âme, voilà ce que je désire, et rien de plus, rien absolument ». Mais il éprouve des difficultés à exprimer ce qu’il comprend et ressent en face du mystère de la Trinité. Ce sujet l’a préoccupé pendant une grande partie de son âge mûr.

La rédaction du De Trinitate

Il commence la rédaction du De Trinitate en 399 et il la termine provisoirement six ans plus tard. Mais l’explication de la doctrine de la Trinité à l’aide de comparaisons psychologiques n’est pas évidente. Il avait l’impression que le sujet à traiter dépassait ses capacités. Il faillit donc renoncer à terminer son ouvrage qui était pourtant au centre de ses réflexions.

En 416, des amis bien intentionnés mettent en circulation le manuscrit incomplet, avec les douze premiers livres. Il se remet au travail sur l’ordre du primat de Carthage. Le De Trinitate au complet, publié en 419, reçut un accueil chaleureux et une large diffusion.

Les positions théologiques précédentes

S. Augustin part des positions théologiques de ses prédécesseurs jusqu’au 4e s. Il se propose de les résumer et de les approfondir en une synthèse constructive. Mais peu à peu, il va faire une œuvre personnelle, la plus personnelle de toutes ses œuvres.

« Au début du 5ème siècle, la grande lutte trinitaire appartenait à un passé déjà quelque peu éloigné » .

Les deux tendances opposées au sujet du Christ dans les premiers siècles de l’Eglise

L’arianisme, doctrine d’Arius

Arius (256-336) était un prêtre d’Alexandrie. Il voulait préserver l’unicité, le caractère unique de Dieu. Il avait développé la thèse de la subordination du Fils au Père : «Le Fils a un début, le Père n’en a pas. Le Fils n’est pas Dieu, c’est une créature. C’est pourquoi il ne peut être appelé Dieu mais dieu ».
On retrouve cette fausse doctrine chez les Témoins de Jéhovah.

Le Concile de Nicée, la doctrine exacte

Le Concile de Nicée (325) confirme la position doctrinalement exacte.
« Le Christ est le Fils de Dieu, il existe depuis toujours. Il est égal au Père. »

Contre la subordination arienne du Fils au Père, le Concile de Nicée (325) utilise le terme omoousion = consubstantiel. Il signifie la même substance, c’est à dire la même nature. Contre un statut du Christ qui serait un être créé, non préexistant, il choisit le terme gennèthenta engendré, et non poièthenta créé, fait.

Le Concile de Constantinople : divinité et personne du Saint Esprit

Plus tard, en 381, le Concile de Constantinople introduit la notion de divinité et de persona= personne du Saint Esprit. Ainsi s’impose dans l’Eglise le mystère de la Trinité comme point central et fondamental de la révélation.

Pour comprendre les relations réciproques entre les personnes de la Trinité, il fallait encore résoudre la question de la nature du Saint Esprit.

Les théologiens antérieurs à propos de la Trinité

Dans son ouvrage, S. Augustin cite les nombreux auteurs qui ont écrit avant lui sur la Trinité. Il explique pourquoi il reprend le même sujet.

Dans son discours de 393, De Fide et Symbolo ( de la foi et du symbole) , il écrivait déjà :

« Sur le Père et le Fils, nombreux sont les livres écrits par les (docteurs) savants et spirituels…Ils s’y sont appliqués à faire saisir comment le Père et le Fils ne sont pas un seul (individu) mais une seule réalité ou encore ce qu’est proprement le Père et ce qu’est le Fils.

Au contraire, l’Esprit saint n’a pas encore été étudié avec autant d’abondance et de soin… de sorte qu’il soit aisé de comprendre également son caractère propre (…) Nous ne pouvons l’appeler ni Fils, ni Père mais seulement l’Esprit Saint. »

Le De Trinitate d’Hilaire de Poitiers

S. Augustin mentionne un autre traité intitulé aussi De Trinitate. Il avait été rédigé à partir de 357 par Hilaire de Poitiers pour réfuter l’hérésie arienne :

Avant lui (Hilaire), la théologie latine considérait que le Verbe (le Logos=2e personne de la Trinité) n’avait été engendré qu’au moment de la création. Sous l’influence de la théologie orientale, Hilaire affirme fortement l’éternité de la génération du Verbe. Il oriente ainsi la théologie occidentale dans une direction nouvelle avec la célèbre formule trinitaire – «Dans le Père, le Fils et l’Esprit Saint, il y a l’Infinité en celui qui est l’Éternel, la Beauté (Species) en celui qui est son Image, la Jouissance en celui qui est la Grâce» (De Trin., II, 1)

Hilaire de Poitiers

orientaux et qu’il écrit ses grands traités de doctrine trinitaire : de Trinitate, de Synodis. L’empereur Constance II décide de réunir simultanément un

Les autres écrits sur la Trinité

S. Augustin a certainement connu d’autres écrits, par exemple ceux de Tertullien (160-225 ?) Ce dernier a créé les mots « Trinité » et « sacrement ». Et il parle de « deux substances (ou natures) » et d’une personne en Christ, et d’ « une substance » et de trois personne en Dieu.

Marius Victorinus insiste fortement « sur l’identité et la consubstantialité entre le Père et le Fils ». « Eusèbe de Césarée et Basile d’Ancyre, mettent l’accent sur la distinction entre le Père et le Fils, afin de sauvegarder la réalité du Fils de Dieu. »

Les Pères cappadociens (Basile de Césarée, Grégoire de Nysse, Grégoire de Nazianze) ont affirmé l’unité d’essence et la trinité d’hypostases=de personnes. Trinité, car sous l’influence de la formule du baptême, (Matthieu 28.19) l’Esprit Saint a été placé sur le même rang que le Père et le Fils

La théologie : la connaissance du Dieu trine

S. Augustin met ses connaissances au service de la doctrine de la vérité, de la théologie au sens propre qui est la connaissance du Dieu un et trine (trinitaire). A partir de toutes ces données, il mènera, dans le De Trinitate, une remarquable réflexion. Il conduira ainsi le développement doctrinal à un achèvement relatif.

Composition et plan d’ensemble

Comme l’écrit H.I. Marrou, dans son Saint Augustin et la fin de la culture antique, « S. Augustin compose mal » selon les normes actuelles de composition et de rédaction. Comme cela semble être l’habitude de toute l’Antiquité classique, il fait des digressions. Il prend des pistes secondaires qui l’éloignent du sujet principal et nuisent à l’équilibre de l’œuvre. Ces défauts s’expliquent par la richesses et l’abondance de ses idées.

Il reconnaît lui-même la difficulté dans le De Doctrina Christiana écrit à la fin de sa vie

« La clarté de l’enseignement exige le souci constant d’éviter dans l’exposé les questions secondaire . Mais cela réclame une grande puissance de mémoire et une concentration d’esprit peu ordinaire « 

Plan de l’ouvrage

C’est probablement pour ces raisons que S. Augustin donne dans le prologue du livre I le plan général de toute l’œuvre. Et au début du livre XV, il résume ce qu’il a exposé dans chacun des livres précédents pour faire apparaître les grandes lignes de l’ouvrage.

de trinitateD’après le prologue, le traité se divise en deux grandes parties :

– la première, Livres I à IV, démontre la vérité du dogme par les Ecritures,
– la deuxième, Livres V à XV, explique et approfondit le dogme par la spéculation (réflexion)

Cette deuxième partie spéculative se subdivise elle même en plusieurs livres

– les Livres V-VII traitent de la terminologie trinitaire. Ils rappellent les concepts de la philosophie pouvant s’appliquer au mystère de la Trinité, avec pour résultat la doctrine des relations en Dieu

– les livres VIII-XV se proposent de découvrir dans la vie de l’âme humaine des analogies qui éclairent le mystère de la vie intime avec Dieu.

Le Livre VIII, résumé de ce qui précède et introduction à ce qui suit, permettra de limiter cette étude du De Trinitate aux livres I à VIII

A suivre

C.S.