Relations et égalité des personnes divines dans la Trinité sont explicitées et développées par S Augustin à partir du principe de base de l’immutabilité de l’essence divine (Livre V, chapitres I et II) et de la consubstantialité des personnes divines.

Livre V : Réfutation des Ariens par la théorie des relations

L’erreur fondamentale de l’arianisme

Il rappelle l’erreur fondamentale des Ariens.

Selon ces derniers, « tout ce qui se peut énoncer, ou penser de Dieu, se rapporte non aux accidents, mais à la substance même« .  A leur avis, le Père et le Fils ne peuvent être consubstantiels car  » le Père est non-engendré selon sa substance, et le Fils est engendré selon la sienne, car n’être pas engendré, et être engendré sont deux choses toutes différentes. » (Livre V, chapitre IV)

Il  réfute ce raisonnement par la notion d’accident (Livre V, chapitre V). C’est « ce qu’on peut perdre par changement, ou par altération ». Mais cela est impossible à Dieu « parce qu’en lui il n’y a rien de muable, rien d’amissible. »

La notion de relation entre les personnes du Père et du Fils

Il le rejette aussi par la notion de relation entre les personnes du Père et du Fils. Cette relation n’est pas un accident parce que « la paternité et la filiation sont éternelles et immuables »  (Livre V, chapitre VI)

Le raisonnement des Ariens sur « engendré et non engendré« 

Il résume ensuite le raisonnement des Ariens sur les mots « engendré et non engendré »
« Les mots Père et Fils supposent une relation entre les personnes divines, tandis que ceux de non engendré et d’engendré tombent sur la personnalité elle-même, et s’entendent de la substance. Or être engendré et n’être pas engendré sont deux choses absolument différentes; donc en Dieu il y a diversité de substance » (Livre V, chapitre VI)

Egalité des personnes divines dans la Trinité

Il argumente que les relations diverses existant entre les personnes divines, n’altèrent aucunement en elles la substance, ou nature. Il règne entre elles une égalité parfaite. (Livre V, chapitres VI et VII)

Car « Tout ce qui se dit de la nature divine s’affirme de la substance même de Dieu. Et  tout ce qui se dit des relations, ne tombe que sur la personne, et non sur l’essence de l’Etre divin. » (Livre V, chapitre VIII)

Difficulté à expliquer le mystère de la Trinité

Il affirme qu’il y a trois personnes en Dieu. Cependant à cause de la difficulté de préciser les nuances entre essence, hypostase, substance, personnes, le langage humain est impuissant pour expliquer le mystère de la Trinité . (Livre V, chapitre IX)

Son argumentation continue dans les chapitres suivants. Elle est illustrée par l’explication de divers passages des Ecritures et par quelques comparaisons empruntées aux créatures.

Les opérations propres à chaque personne ne touchent pas à la nature de Dieu. Elles n’affectent que les relations (Livre V, chapitre XI).

Le Père et le Fils sont les principes de l’Esprit Saint. (Livre V, chapitre XIV)

« A propos des opérations propres à chacune des trois personnes divines, nous disons qu’ici ces opérations ne touchent pas à la nature même de Dieu. Elles n’affectent que les relations des trois personnes entre elles, ou leurs rapports avec les créatures » (Livre V, chapitre XI)

« Tout ce qui s’affirme alors de Dieu (y compris par rapport au temps) tombe sur les relations divines, et non sur la nature ou essence divine« . (Livre V, chapitres XI et XVI)

Livre VI: égalité des personnes divines

Les deux premiers chapitres explicitent les appellations communes au Père et au Fils.

« On ne dit du Père considéré en lui-même que ce qu’il est par rapport à son Fils, c’est-à-dire son Père. Le Père n’est donc pas Dieu sans le Fils, ni le Fils Dieu sans le Père, mais les deux ensemble sont Dieu. (Livre VI chapitre II)

Le Fils est la vertu et la sagesse de Dieu. S. Augustin demande alors si le Père n’est pas lui-même Sagesse, mais seulement Père de la Sagesse.

Les chapitres III et IV concernent l’égalité totale du Père et du Fils, leur unité d’essence, ainsi que l’égalité totale du Saint Esprit avec le Père et le Fils.

L’Esprit Saint est donc, quel qu’il soit, commun au Père et au Fils. Mais cette communauté est consubstantielle et coéternelle. (Livre VI, chapitre VI)

Les chapitres suivants, VI à X, traitent de la multiplicité au sein de la simplicité de la substance divine.

Dieu est Trinité mais n’est pas triple (Livre VI, chapitre VII). Rien ne s’ajoute à la nature divine (Livre VI, chapitre VIII).
Dans le chapitre IX, Augustin demande si c’est une seule personne ou les trois personnes ensemble que l’on appelle un seul Dieu.

Mais, …s’il n’y a de Dieu que les trois ensemble, comment Dieu est il le chef du Christ ? C’est-à-dire comment la Trinité est-elle le chef du Christ, alors que le Christ doit être dans la Trinité pour qu’elle soit Trinité? (Livre VI, chapitre IX)

Le chapitre X explique la parole d’Hilaire de Poitiers : « Eternité dans le Père, Beauté dans l’image, Usage dans le don »

En cette Trinité est l’origine première de toutes choses, la beauté la plus parfaite, le bonheur le plus complet…Ces trois personnes semblent se déterminer mutuellement et sont infinies en elles-mêmes.

Dans cette souveraine Trinité une personne est autant que trois ensemble, et deux ne sont pas plus qu’une. Et elles sont infinies en elles-mêmes. ( Livre VI, chapitre X)

Livre VII : Unité de substance et terminologie trinitaire

Chapitres I à III : identité des personnes et attributs essentiels

La première partie, de chapitres I à III traite de l’identité des personnes et des attributs essentiels.
Chacune des trois personnes de la Trinité est-elle sagesse par elle-même?

Cette discussion est occasionnée par ces paroles : « Le Christ est la vertu de Dieu et la « sagesse de Dieu »

Comment donc le Fils sera-t-il de la même essence que le Père, si le Père par lui-même n’est pas l’essence, qu’il n’existe point par lui-même, mais ne possède l’être que par rapport à son Fils? ( Livre VII, chapitre I)

Le Père et le Fils sont ensemble une seule sagesse, comme une seule essence, bien qu’ils ne soient pas ensemble un seul verbe. (Livre VII, chapitre II)

Comment le Verbe est-il sagesse de Dieu ? Et pourquoi les Ecritures attribuent-elles particulièrement au Fils la sagesse, bien que le Père et le Saint Esprit soient aussi sagesse. (Livre VII, chapitre III)

Dieu le Père, qui a engendré le Fils, ou la vertu et la sagesse est non seulement est le Père de la vertu et de la sagesse, mais il est lui-même vertu et sagesse, et également le Saint-Esprit. Cependant il n’y a pas trois vertus ou trois sagesses, mais une seule vertu et une seule sagesse, comme il n’y a qu’un Dieu et une essence

Chapitres IV à VI : explication de la formule trinitaire

Dans la deuxième partie (Chapitres IV à VI) Augustin explicite les terminologies latine et grecque de la formule trinitaire

Chapitres IV et V : essence, personnes,substances ou hypostases

Aux chapitres IV et V, il critique et justifie le terme « personne » et demande pourquoi les Latins disent une essence et trois personnes, et les Grecs une essence et trois substances ou hypostases
Il pense que ces expressions sont nécessaires pour signifier ce que sont le Père, le Fils et le Saint-Esprit.

L’indigence humaine s’est servie de ces mots hypostases ou personnes, entendant par là, non une diversité, mais une distinction, de manière à laisser subsister, non seulement l’unité, puisqu’on ne parle que d’une seule essence, mais aussi la Trinité, puisqu’on distingue trois hypostases ou personnes. (Livre VII, chapitre IV)

Il précise le sens des termes
Le mot substance s’applique aux choses changeantes et qui ne sont pas simples.
Il désigne en Dieu ce qu’exprime le mot essence, qui est plus usité. Dieu seul doit être appelé essence. Il existe vraiment seul, parce que seul il est immuable. (Livre VII, chapitre V)

Chapitre VI : Pourquoi une essence et trois personnes

Au chapitre VI, il approfondit la manière de comprendre les termes trinitaires. Il examine
pourquoi dans la Trinité on ne dit pas une personne et trois essences, mais une essence et trois personnes

Donc, quand nous disons de la Trinité qu’elle consiste en trois personnes ou substances, qu’elle est une seule essence et un seul Dieu, nous n’entendons pas dire que ces trois personnes soient en quelque sorte d’une même matière. (Livre VII, chapitre VI)

Parfois l’unité d’essence n’est pas exprimée, comme dans l’expression « Faisons l’homme à notre image et à notre ressemblance (Gen 1.26 ) ».
En effet, il ne s’agit pas de dieux se proposant de faire l’homme à leur image et à leur ressemblance; mais du Père, du Fils et du Saint-Esprit créant l’homme à l’image du Père, du Fils et du Saint-Esprit, afin que l’homme soit l’image de Dieu. (Livre VII, chapitre VI)

Le livre VIII : l’intelligence du mystère, comprendre ce qu’on croit

« Le livre VIII marque une étape dans le De Trinitate. Dans les sept premiers livres, Augustin s’appuie sur l’Ecriture pour établir le dogme (I-IV) et le défendre contre les interprétations des hérétiques (V-VII).
A partir du livre VIII, il s’efforce d’entrer dans l’intelligence du mystère et de comprendre ce qu’il croit » (Introduction à De La Trinité, Vol II les Images, texte de l’Edition bénédictine p. 7)

Grâce à ses dons psychologiques, il analyse la vie de l’âme humaine. Il y découvre, à l’aide d’ éléments tirés de l’Ecriture et de la dialectique des relations lointaines mais réelles avec la vie intime de Dieu.

Livre VIII : La nature de Dieu. L’intelligence de la foi

Prologue : un résumé de ce qui précède

Dans le prologue, Augustin fait un résumé de ce qu’il a dit plus haut :

Les attributs qui déterminent les rapports des personnes entre elles, sont ceux qui distinguent ces personnes dans la Trinité et leur appartiennent en propre, comme la qualité de Père, de Fils et de présent des deux, qui est le Saint-Esprit car le Père n’est pas la Trinité, ni le Fils la Trinité, ni le Don la Trinité.
Ce qu’ils sont eux-mêmes, n’est point au pluriel, mais ils sont une seule chose, la Trinité elle-même. (Livre VIII, prologue)

Chapitre I. Non seulement le Père n’est pas plus grand que le Fils, mais les deux ensemble ne sont pas plus grands que le Saint-Esprit.

Chapitres II et II : Dieu comme souveraine vérité et souverain bien

Le chapitre II explique que pour comprendre comment Dieu est vérité, il faut écarter de son esprit toute image matérielle.

Les chapitres II et III définissent Dieu comme souveraine vérité et souverain bien.
Dieu est le souverain bien, l’âme ne devient bonne qu’en se tournant vers lui.

Chapitres IV à VI : Foi en la Trinité possible par la vraie foi

Les chapitres IV à VI expliquent comment la foi en la Trinité est possible. Pour pouvoir aimer Dieu, il faut le connaître par la vraie foi.

Mais avant de pouvoir connaître et percevoir Dieu, il faut que le cœur soit purifié. Et il ne peut être purifié qu’en aimant par la foi

Chapitre V : Croire pour comprendre

C’est pourquoi, désirant comprendre, autant que possible l’éternité, l’égalité et l’unité de la Trinité, nous devons d’abord croire avant de comprendre, et veiller à ce que notre foi ne soit pas feinte.

Chapitre VI : Aimer sans connaître

Comment donc pouvons-nous aimer par la foi la Trinité que nous ne connaissons pas? (Livre VIII chapitre VI)

Dans le chapitre VI Augustin analyse comment l’homme qui n’est pas encore juste connait le juste qu’il aime. Il définit d’après l’idée de la vérité, la nature même de Dieu, la notion du souverain bien, et l’amour inné de la justice, qui fait aimer l’âme juste par l’âme qui n’est pas encore juste.

Chapitres VII à IX : la connaissance de Dieu dans l’amour fraternel

Le thème des chapitre VII à X est la connaissance de Dieu impliquée dans l’amour fraternel, du véritable amour par lequel on parvient a la connaissance de la Trinité.

Ainsi, dans la question de la Trinité et de la connaissance de Dieu, qui nous occupe, le point principal est de savoir ce que c’est que le véritable amour, ou même ce que c’est que l’amour. (Livre VIII chapitre VII)

Chapitre VIII : Aimer son frère, c’est aimer Dieu

Et qu’on ne demande pas combien d’amour nous devons à un frère et combien à Dieu. Nous en devons incomparablement plus à Dieu qu’à nous, et autant à un frère qu’à nous-mêmes. Mais nous nous aimons d’autant plus nous-mêmes, que nous aimons Dieu davantage. (Livre VIII chapitre VIII)

Chapitre IX : l’amour de la justice est le principe de notre amour pour les justes.

Plus notre amour pour Dieu est ardent, plus notre vue acquiert de certitude et de clarté. Parce que nous voyons en Dieu même le type immuable de justice selon lequel nous pensons que l’homme doit vivre. (Livre VIII chapitre IX)

Chapitre X et conclusion

On doit chercher la connaissance de Dieu par l’amour. D’après les Ecritures, Dieu est amour, et l’amour porte une certaine empreinte de la Trinité. (Livre VIII chapitre X)

Il y a, dans l’amour, trois caractères qui sont comme une empreinte de la Trinité.

Qu’est-ce que l’âme aime dans l’être aimé, sinon une âme? Il y a donc là trois choses : le sujet de l’amour, l’objet de l’amour et l’amour.
Rien n’est trouvé encore, mais nous savons où chercher. Que ceci suffise et serve comme d’exorde à ce que nous avons à dire ensuite (Livre VIII chapitre X)

Fin

C.S.