Création et nouvelle création en Romains 8

J’estime d’ailleurs qu’il n’y a aucune commune mesure entre les souffrances de la vie présente et la gloire qui va se révéler en nous. C’est en effet cette révélation des fils de Dieu que la création attend avec un ardent désir. Car la création a été soumise au pouvoir de la fragilité ; cela ne s’est pas produit de son gré, mais à cause de celui qui l’y a soumise. Il lui a toutefois donné une espérance : c’est que la création elle-même sera délivrée de la puissance de corruption qui l’asservit pour accéder à la liberté que les enfants de Dieu connaîtront dans la gloire. Nous le savons bien, en effet : jusqu’à présent la création tout entière est unie dans un profond gémissement et dans les douleurs d’un enfantement.(Romains 8.18-22)

Souffrance de la nature,  désir de la fin de l’asservissement

Paul utilise une image étrange : la souffrance de la nature qui aspire avec un ardent désir à un événement qui mettra fin à son asservissement.

Asservissement de la nature à la « futilité «  ou à la « vanité »

Absence de sens, manque de but (Ecclésiaste 1.2),

Futilité complète, dit Qohéleth futilité complète, tout n’est que futilité !
Car la création a été soumise au pouvoir de la fragilité ; cela ne s’est pas produit de son gré, mais à cause de celui qui l’y a soumise. (Romains  8.20)
En contraste avec « telos » (but)  le grec « mataiôtès » (v. 20), traduit par futilité ou vanité  signifie vide, absence de sens et manque de but.> Cf. Vanité ou  « esclavage du périssable » (Ecclésiaste 1.2)

Gémissements et douleurs de l’enfantement

La création rendue incapable d’accomplir son  but est la conséquence directe du désordre commencé en Genèse 3.17.

Celui qui a soumis la création à la vanité, c’est Dieu

Responsabilité de l’humanité : création frustrée par la désobéissance

La responsabilité de la « futilité » revient à l’humanité.
Sa désobéissance empêche l’ordre naturel d’accomplir son but:la création est frustrée de son véritable accomplissement tant que l’homme reste incapable d’apporter sa juste contribution

Cette soumission par Dieu à la vanité n’exclut pas l’espérance.

 Il lui a toutefois donné une espérance : c’est que la création elle-même sera délivrée de la puissance de corruption qui l’asservit pour accéder à la liberté que les enfants de Dieu connaîtront dans la gloire.(Romains 8.20-21)

Réconciliation avec toute la création, transformation trinitaire de la domination de la terre

Nous le savons bien, en effet : jusqu’à présent la création tout entière est unie dans un profond gémissement et dans les douleurs d’un enfantement. (Romains 8.22).

La souffrance présente de la création est celle des « gémissements et des douleurs de l’enfantement ». Finalement ils feront place à la joie et à la plénitude.

Elle n’est pas seule à gémir ; car nous aussi, qui avons reçu l’Esprit comme avant-goût de la gloire, nous gémissons du fond du cœur, en attendant d’être pleinement établis dans notre condition de fils adoptifs de Dieu quand notre corps sera délivré. (Romains 8.23)
Par la rédemption sera accomplie non seulement la réconciliation de l’humanité rachetée  avec Dieu, mais celle de l’ordre créé tout entier La création participe, elle-même, à la « glorieuse liberté » que Paul envisage pour les enfants de Dieu

Le Christ ordonnateur de l’ordre cosmique dans l’Apocalypse

Le Christ témoin de la nouvelle création

Jean, aux sept Églises qui sont en Asie : Grâce et paix à vous de la part de celui qui est, qui était et qui vient, de la part des sept esprits qui sont devant son trône et de la part de Jésus-Christ, le témoin fidèle, le premier-né d’entre les morts et le chef des rois de la terre ! (Apocalypse 1.4-5)

Le Christ créateur, Alpha et Omega

C’est moi qui suis l’alpha et l’oméga, dit le Seigneur Dieu, celui qui est, qui était et qui vient, le Tout-Puissant. (Apocalypse 1.8)

Le Christ, le Créateur, «l’Alpha et l’Oméga », le commencement et la fin, le premier et le dernier » (Apocalypse 1.8) est cité par Jean comme « le témoin fidèle » (Apocalypse 1.5

Voici ce que dit l’amen, le témoin fidèle et vrai, le commencement même de la création de Dieu (Apocalypse 3.14)

  • Dans l’Esprit à la Pentecôte, comme témoin de la nouvelle alliance
  • Dans l’ancienne alliance dans le nuage de gloire sur le mont Sinaï
  • Dans l’Esprit de gloire de Genèse 1.2.

Espérance dans l’Apocalypse et création dans Genèse 1

Un nouveau ciel et une nouvelle terre remplacent les  premiers (Apocalypse 21,1a, Genèse 1.1).>

Alors je vis un ciel nouveau et une terre nouvelle ; car le premier ciel et la première terre avaient disparu, et la mer n’était plus. Apocalypse 21.1

Ténèbres (Genèse),  plus de mer (Apocalypse)

Les ténèbres et l’obscurité, de Genèse 1.2, ont leur  reflet en Apocalypse 21.1 a : il n’y a plus de mer dans le nouveau cosmos.

Renouvellement de la création dans son ensemble

Jean promet un nouveau ciel et une nouvelle terre, c’est-à-dire la transformation et le renouvellement de la création dans son ensemble.

Cité divine réconciliant humain et naturel

Je vis la ville sainte, la nouvelle Jérusalem, descendre du ciel, d’auprès de Dieu, belle comme une mariée qui s’est parée pour son époux. Et j’entendis une forte voix, venant du trône, qui disait : Voici la Tente de Dieu avec les hommes. Il habitera avec eux ; ils seront ses peuples et lui, Dieu avec eux, sera leur Dieu. Il essuiera toute larme de leurs yeux. La mort ne sera plus et il n’y aura plus ni deuil, ni plainte, ni souffrance. Car ce qui était autrefois a définitivement disparu.
Finalement, l’ange me montra le fleuve de la vie, limpide comme du cristal, qui jaillissait du trône de Dieu et de l’Agneau. Au milieu de l’avenue de la ville, entre deux bras du fleuve, se trouve l’arbre de vie. Il produit douze récoltes, chaque mois il porte son fruit. Ses feuilles servent à guérir les nations.(Apocalypse 21.2-4, 22.1-2)

La Jérusalem céleste, avec un jardin en son centre (un Éden renouvelé et ouvert de nouveau à l’humanité) se révèle comme une cité divine au sein de laquelle l’humain et le naturel sont réconciliés. Walter Brueggeman
C.S.